Cabbale.org

La Cabbale le grand livre

Chroniques du Jeu de la Cabbale Livre II

© C. Le Moal votre guide du Jeu.


L’Académie d’Hermès


La Cabbale est un puissant Jeu de rôle ou le joueur comme le pion, ne deviennent jamais autre chose que ce qu’ils pensent...

Et plus le bon joueur pense juste, et plus la Magie du verbe juste devient opérationnelle.

La Maîtrise du Jeu de la Cabbale, est l’accession aux pouvoirs suprêmes.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

La réponse à la Question du Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) e Principe du Mentalisme.

Certains penseront si fort, qu’il me semble les entendre de là ou je me tiens : il pourrait être bon prince en nous donnant la réponse sans plus attendre, mais hélas pour eux la quête de la réponse contient plus de richesses que la réponse elle-même, alors ne comptez pas sur moi pour vous priver de ces richesses...

Pour ce qui est des embouteillages, le Principe Mental, y trouve pareillement son application pratique. Soit celui qui est dans ces embouteillages le déplore et les subit, auquel cas il n’est plus le joueur du Jeu de la Cabbale, mais uniquement un pion. Soit il en est l’instigateur, car contrairement à ce que pense le pion, les embouteillages ne sont pas des fatalités, mais des nécessités pour eggrégores voir le Troisième OEil et l’Infini, en téléchargement gratuit...

Au Xvème siècle, la Ville de Paris ne comprenait que 300.000 habitants et était déjà réputée pour ses embouteillages...

Il y a toujours eu des individus devant subir les embouteillages (les pions) et d’autres, plus rares, qui ont toujours su s’en jouer (les joueurs). La différence entre les premiers et les deuxièmes réside dans la connaissance et la pratique des Grandes Lois du Mentalisme

Ce principe Hermétique du Mentalisme a été remarquablement défini dans le Kybalion dont petit extrait ci-après :

Le Tout est Esprit ; l’Univers est Mental.

ATTENTION, savoir explorer les arborescences de cet algorithme spirituel donnera un avantage considérable au joueur de notre Jeu de la Cabbale.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

L’Esprit dans le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) e Tout est Esprit ; l’Univers est Mental.

Ce Principe implique cette vérité que Tout est Esprit . Il explique que le Tout qui est la Réalité Substantielle se trouvant dans toutes les manifestations et les apparences extérieures que nous connaissons sous le nom d’Univers Matériel , Phénomène de la Vie , Matière , (Energie , et en un mot tout ce qui est apparent (à nos sens matériels) est Esprit lequel, en lui-même, est inconnaissable et indéfinissable, mais qui peut être considéré et pensé comme un Esprit Universel, Infini, Vivant.

Il explique encore que le monde ou l’univers « phénoménal » n’est qu’une simple Création Mentale du Tout sujette aux Lois des Choses Créées ; que l’univers considéré dans son entier ou dans ses parties, existe dans l’Esprit du Tout, que c’est dans cet Esprit « que nous vivons, que nous agissons et que nous sommes nous-mêmes ».

Ce Principe, en établissant la Nature Mentale de l’Univers, explique facilement tous les divers phénomènes mentaux et psychiques qui occupent une si grande place dans l’attention publique et qui, sans explications, ne sont pas compréhensibles et défient toute interprétation scientifique.

Comprendre ce grand Principe hermétique du Mentalisme permet à l’individu de saisir avec facilité les lois de l’Univers Mental, et de les appliquer à son bien-être et à son perfectionnement. L’Etudiant hermétique est capable d’appliquer intelligemment les grandes Lois Mentales au lieu de s’en servir au hasard. En possession de la Maîtresse-Clef, l’étudiant peut ouvrir les innombrables portes du temple mental et psychique du savoir, et y pénétrer librement et intelligemment.

Ce principe explique la véritable nature de « l’Energie », du « Pouvoir » et de la « Matière » et pourquoi et comment ils sont subordonnés à la Maîtrise de l’Esprit. Un des vieux Maîtres hermétiques a écrit il y a bien longtemps : « Celui qui comprend la vérité de la Nature Mentale de l’Univers est déjà bien avancé sur le Chemin de la Maîtrise ».

Enfin je terminerai cette petite chronique sur le principe « Mental », par un Arcane Majeur des Tablettes* du Livre de Thoth,

L’homme ne devient que ce qu’il pense.

Pour en savoir plus sur un plan subtil cliquez ICI

*(Le livre des Tablettes est consultable intégralement sur le site : Les Chemins d’Hermès)


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

Etre ou ne pas être dans le Jeu de la Cabbale ?

© 2005 C. Le Moal votre guide de jeu.


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) ’univers hétérogène des lois de causalité du Destin.

Une des principales règles qu’un bon joueur doit savoir rapidement utiliser dans ce Jeu de la Cabbale découle du langage des dieux, je veux parler de l’Analogie.

Dans ce que les matérialistes perçoivent de la Nature manifestée tout, absolument tout est polarisé sous une forme duale. Le froid et le chaud, le sec et l’humide, le haut et le bas, le plus et le moins, le Nord et Sud, le visible et l’invisible, la lumière et les ténèbres, l’intelligence et la bêtise, le fort et le faible, le mâle et la femelle, le vice et la vertu, l’actif ou le passif, de gauche ou de droite, croyant ou athée, pour ou contre, le Bien et le Mal etc...

Chacune des polarités ci-dessus ne s’appliquent pas à une chose particulière, mais peut fort bien s’appliquer à chaque manifestation de la Nature, ce sont là les attributs propres à l’hétérogénéité... Ces polarités contraires sont les conditions essentielles sans lesquelles le libre arbitre ne pourrait s’exercer, et l’exercice de ce libre arbitre implique que nous soyons constamment confrontés à des choix.

Nous passons notre temps à aimer une chose plutôt qu’une autre, à préférer une tendance, une polarité, un genre, une coloration plutôt qu’une autre, le tout avec un savant dosage de nuances plus ou moins subtiles en fonction de la complexion plus ou moins rustique du pion ou du joueur.

Chaque choix devient insidieusement, un élément constitutif d’un corpus de pensées, qui fera que nous ne sommes jamais là où nous nous trouvons par hasard, mais que cela résulte d’une suite ininterrompue de choix antérieurs, qui, conformément aux principes de causes à effets, fait que nous sommes toujours à la bonne place au moment où nous nous y trouvons. Ce n’est que par ignorance profonde qu’il arrive à certains d’évoquer le dieu de ces ignorants qu’est le hasard, pour tenter de justifier des situations qui échappent à leur entendement limité au cercle étroit de leur ego.

Donc, faire des choix dans un univers de polarités duales, est une fonction des plus élémentaires et des plus naturelles qui soit. Nous choisissons d’être ceci ou cela, ou de ne pas être ceci ou cela, car ne pas choisir une option c’est encore faire un choix. Choix qui comportent donc sa dose de sectarisme, de rejet, d’ostracisme de ségrégation, d’exclusion potentielle tant du point de vue du joueur que de celui des joueurs qui l’entourent.

Enfin je dis joueur, mais compte tenu des épisodes précédents, je devrais plutôt parler de pions car bon nombre de personnes font plus de choix découlant de ce qu’ils appellent très abusivement des obligations extérieures, et qui en réalité ne sont que les conséquence d’une absence d’exercice de libre arbitre... Mais il est bien connu que l’être humain ne peut pas regarder ici-bas deux choses en face : le Soleil et la Vérité...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

L’analogie des contraires dans le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) a clé magique du Jeu de la Cabbale.

Faire des choix suivant les tendances de ses propres polarités, revient à s’enfoncer chaque fois un peu plus dans ce monde d’hétérogénéité ; monde régie par les lois de causalité du Destin ; lois qui s’imposent et asservissent tous ceux qui se laissent piéger dans les mailles du filet de l’ignorance dans le couloir des ténèbres.

J’imagine certains joueurs de notre Jeu de Cabbale en train de se dire : vouai ! c’est bien joli cette histoire mais comment c’est-y qu’il fait l’autre goguelu dans un monde de polarités duales, pour ne pas tomber dans les travers du choix, tout en exprimant son libre arbitre... Hum ?... Comment ?...

Ce à quoi j’en reviens à l’importante règle, que j’évoquais au début de ma petite chronique, et qu’il convient de découvrir avant de passer à sa pratique et je veux parler de :

L’analogie des contraires.

Le monde de l’hétérogène est celui des vérités relatives ; il y a de l’intelligence et de la raison dans le Bien, comme dans le Mal. Comme l’adage populaire le relève si justement, souvent d’un Bien sort un mal et inversement. Tout comme il est obligatoire que le Bien combatte le mal par le mal, ou encore que le mal se travestisse en Bien pour occuper et se maintenir au pouvoir ; dans cet ordre d’idée nous avons pour exemple les fameux lendemains qui chantent et qui en réalité ont été les pires cauchemars de l’humanité. Ou encore ces nombreux massacres ou génocides perpétrés pour l’amour d’un dieu barbare et par les partisans d’icelui.

Le bon joueur de véritable Jeu de la Cabbale se dispensera d’entrer dans les mâchoires du Destin en succombant à l’émotivité de ses tendances ou de ses préférences, il cherchera en toute circonstance la voie du juste milieu par la pratique de l’analogie des contraires, qui consiste à retrouver l’homogène édificateur, plutôt que l’hétérogène diviseur. Un très grand joueur de la Cabbale nous à livré dans une de ces chroniques de jeu une admirable synthèse de cette analogie des contraires, il s’agit de Lao-Tseu et son TAO-TÔ-KING :

Le monde discerne la beauté, et, par là le laid se révèle.

Le monde reconnaît le bien et, par là le mal se révèle.

Car l’être et le non-être s’engendrent sans fin.

Le difficile et le facile s’accomplissent l’un par l’autre.

Le long et le court se complètent.

Le haut et la bas reposent l’un sur l’autre.

Le son et le silence créent l’harmonie.

L’avant et l’après se suivent.

Le tout et le rien ont le même visage.

C’est pourquoi le Sage s’abstient de toute action.<

Impassible, il enseigne par son silence.

Les hommes, autour de lui, agissent.

Il ne leur refuse pas son aide.

Il crée sans s’approprier et oeuvre sans rien attendre.

Il ne s’attache pas à ses oeuvres.

Et, par là, il les rend éternelles.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

Le jardin du "Bien" et du "Mal" dans le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) a Loi de Maât dans le Jeu de la Cabbale.

Les Lois de la Divine Création sont rigoureusement identiques qu’elles s’appliquent dans le sens du Bien ou dans le sens du Mal, seule l’analogie des contraires permet de sortir du piège des paradoxes ingérables de l’univers hétérogène.

C’est aussi la pratique de l’analogie des contraires qui permet de s’approcher le plus de la Vérité Universelle, qui ne peut jamais rien exclure au nom du principe de perfection de l’oeuvre créatrice et qui donc doit forcément intégrer comme faisant partie d’une même chose les deux polarité extrêmes qui la composent. L’être humain n’est pas ou Bien ou Mal, ce qui le condamnerait à ne plus avoir de libre arbitre, il est nécessairement composé de ces deux polarités à parts égales. Vouloir devenir un saint ou un démon est aussi stupide dans l’un comme dans l’autre cas, à moins de parvenir de s’amputer de la moitié de soi-même et encore... Si vous coupez un aimant en deux, vous n’aurez pas une polarité plus d’un côté et une polarité moins de l’autre, mais à nouveau deux aimants avec chacun leurs polarités plus et moins.

L’analogie des contraires, implique la pratique constante d’une très aimable qualité qui est celle de la tolérance. Qualité qui n’est que l’expression d’une des plus nobles vertus qui soient et qui est : l’HUMILITE.

Il faut avoir l’Humilité pour ne pas croire que nous sommes capables d’être des saints et d’autres uniquement des démons. Il faut de l’Humilité pour croire que nos différences intellectuelles ou spirituelles ne sont que la conséquence d’une progression plus ou moins rapide sur le chemin de l’évolution, mais qu’au bout du compte nous sommes tous les enfants égaux en droits d’amour du Divin Créateur.

La pratique de l’analogie des contraires dépend de la volonté du joueur, elle est vertu en cela qu’elle ne s’impose pas automatiquement mais qu’elle requiert un effort délibéré, c’est aussi la plus saine pratique du libre arbitre, qui, dans son exercice le plus élevé, est forcément tolérance ; tolérance au moins dans le respect de l’exercice du libre arbitre d’autrui.

Pour ces raisons l’analogie des contraires n’appartient à aucune philosophie, aucune croyance, aucune religion, aucun sectarisme, elle est la règle d’or des esprits libres, et est donc celle qui s’approche le plus de l’Universalité.

Elle est la pratique du maître du Jeu de la Cabbale.

L’analogie des contraires est l’outil indispensable pour accéder à la loi de Maât, mais ceci sera pour une prochaine chronique, contentons-nous pour l’instant de savoir qu’elle est la règle très efficace de la véritable Cabbale : l’Universelle !


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale : connaissances

Le troisième Oeil et le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) n joyaux de 24 carats : le DISCERNEMENT.

La pratique de l’analogie des contraires implique l’activation d’une des facultés supérieures de l’être humain je veux parler du : Discernement !

Lorsque l’on aborde le problème du discernement on accède à une des Facultés parmi les plus importantes de l’individu.

Sans discernement le jouer du Jeu de la Cabbale n’est plus qu’un vulgaire pion dans les mâchoires du Destin. Sans discernement pas de capacité de séparer le plus vrai du moins vrai, le haut et le bas, le chaud et le froid, le juste et l’injuste, le vice de la vertu, l’émotion vulgaire du noble sentiment, le Bien du Mal...

Discerner, c’est voir, apercevoir, distinguer, reconnaître, séparer, soupeser, estimer, apprécier... C’est donc nécessairement hiérarchiser le plus du moins, le haut du bas, le constructif du destructif, le subtil de l’épais, le lumineux de l’obscur, le lourd du Léger, l’intelligence de la bêtise, le Bien du Mal.

Mais comment distinguer sans une vision juste et optimum ?...

Et lorsque que je parle de vision, il n’est pas question ici de la vision binoculaire du cavernicole velu (e) dénommé dans ce Jeu de la Cabbale : le Pion, mais bien d’avantage et essentiellement de la vision subtile de l’intelligence éclairée par les lumières de la Connaissance, celle qui se différencie du savoir parce qu’ayant été éprouvée par le joueur elle se confond avec sa conscience qui est en réalité sa propre identité.

C’est par la Connaissance que nous accédons à la vision du Troisième OEil, et la compréhension des Lois de causes à effets qui gouvernent le Destin mais aussi et surtout par les Lois de la Divine Providence, - qui à l’inverse de celles du Destin qui s’imposent à l’individu (je devrais dire au pion)-, ne se reçoivent que par adhésion volontaire du joueur qui doit ardemment en manifester le désir.

Moyennant quoi, constatant les unes (lois du Destin), recevant les autres (Lois de la Providence), par les efforts qu’il accomplit en élevant son niveau vibratoire, il peut alors, comme le dit si bien la Table d’Emeraude, commencer l’oeuvre alchimique qui consiste à :

séparer la terre du feu, le subtil de l’épais doucement, avec grande industrie ...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

Discernement et loi du Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) ctivation de cette faculté supérieure : le Discernement.

C’est donc grâce à cette Connaissance, que le joueur de la Cabbale active volontairement cette fonction supérieure qu’est le Discernement. Discernement qui lui procurera une vision du jeu plus complexe, mais ô combien plus riche et plus exaltante que celle à laquelle est condamné le simple pion. Cette compréhension, par le discernement étant un passage obligé pour obtenir l’affranchissement des chaînes qui entravent le libre arbitre du pion. Comme le disent si bien les Tablettes de Thoth :

Connaître les Lois c’est être libre .

Prenons l’exemple du Bien et du Mal, que nous pourrions tout aussi bien dénommer le négatif ou le positif, mais qu’une vieille tradition, maintenant multi séculaire, désigne ces forces naturelles sous le vocable de Bien ou Mal, et je continuerais donc d’utiliser ces appellations pour les commodités de la communication.

Il est historiquement constant, que ce qui marque le début d’une civilisation, se caractérise par la révélation d’un Code de moralité commune, que ce soient les lois de Manou, le Code d’Hammourabi, les Lois de Maât ou les Tables de la Loi de Moïse, entre autres. Toutes ces Révélations se caractérisent par des règles qui définissent ce qui pour l’ensemble d’une population sera considérer comme le Bien ou le Mal, et c’est seulement après avoir reçu ce Code de moralité, que la civilisation commence réellement à épanouir ses arborescences sociales, culturelles, cultuelles, politiques, économiques etc.. Plus cette moralité est élevée, plus la civilisation qui s’y rattache sera grande et rayonnante... Moins cette moralité est élevée plus la civilisation sera brutale, barbare, rustique, primaire, bestiale.

Constatons que l’histoire, objectivement observable, permet réellement au travers de la connaissance de discerner une échelle de valeur qui existe entre un Code moral élevé au rang d’Ontologie et un autre de niveau moins spirituel, plus intellectuel et/ou philosophique, sera toujours nettement inférieur au premier dans ses applications causales. Toutes les grandes civilisations avaient un Code moral (notion du Bien et du Mal, très élevé.

Pour ce qui est de notre civilisation (judéo-islamo-chrétienne), ce Code de moralité commune est celui basé sur les Tables de la Loi de Moïse, ou ce qu’une tradition abâtardie nous a transmis sous la forme des fameux dix commandements et des 7 péchés capitaux, qui reprennent une partie des 12 péchés hermétiques, leur source cabbalistique originelle.

Et quand je dis tradition abâtardie, je vous laisse juger des résultats dans ce que manifestent nos civilisations modernes.

Le discernement consiste aussi à juger l’arbre à ses fruits, l’être humain à son parcours et une civilisation à son histoire.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.




L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) u bon usage de la Vertu dans le Jeu de la Cabbale.

Le petit préliminaire précédent permet de comprendre que l’élévation du champ de conscience dans le Jeu de la Cabbale, ne peut se faire sans s’affranchir des Lois de causes à effets. L’accession au subtil, aux perceptions spirituelles, à l’immatériel, et par voie de conséquence à notre divinité, passe nécessairement par la culture et la pratique du discernement qui implique l’exercice difficile, et sur lequel nous aurons l’occasion de revenir, je veux parler celui des vertus... Et cet exercice implique que nous soyons, bien évidemment capable de distinguer ces vertus des vices... Car nous sommes tous constitués à égale parité de vices et de vertus que nous portons totalement en potentialité en nous de façon irréductible.

Dans l’implacable Jeu de la Cabbale, cette faculté de discernement est couramment brouillée à cause de la multiplicité des événements et l’infinité des situations que nous rencontrons dans notre quotidien et qui ne sont bien souvent que les effets multiples d’une cause unique ; tant et si bien que nombre de pions finissent par considérer qu’entre le Bien et le Mal il n’y a, au bout du compte, aucune différence de nature, et qu’un Bien, par le jeu d’une sophistique aiguisée, peut se révéler un Mal et inversement. Ces petits joueurs nous les retrouvons dans la catégorie des angéliques benêts, ou des romantiques camisolés par l’émotion triviale. Et si, comme je le dis dans une de mes petites sentences artisanales, l’excès d’une vertu peut la transformer en vice...

Il convient de considérer qu’à l’inverse l’excès d’un vice n’en change pas sa nature, ce qui permet de comprendre que le subtil pour se maintenir sur le plan vibratoire qui est le sien nécessite une volonté constante d’une pensée juste de la part du joueur qui souhaite se maintenir à ce niveau de Jeu, alors qu’il n’est pas nécessaire de faire d’effort particulier pour sombrer dans l’obscur, le lourd, l’épais, le coagula des alchimistes, l’univers du vice sous asservissement du Destin, c’est automatique !

L’exercice de l’un, la vertu, implique donc l’effort, l’attention, la volonté individuelle, c’est donc l’expression d’une souveraineté, celle d’un libre arbitre conscient et nécessairement responsable, le roi règne sur son royaume. Alors que l’exercice de l’autre le péché, la faiblesse, le vice, qui est la négation de cette volonté, de cette liberté, de cette conscience responsable, est l’état d’esclave dans les chaînes du Destin.

Le Divin Créateur, qui, contrairement à une idée imbécile, n’attend rien de nous, - et qui dans un Amour Absolu, nous a voulu LIBRE -, n’a pas pu faire autrement que de créer les conditions de cette extrême liberté, en nous offrant tous les champs du possible dans le jardin du Bien et du Mal ; les Lois de causes à effets et de la Providence ne sont là que pour rendre ces champs d’expressions possibles, et ne sont donc que la démonstration éclatante de cette volonté Divine de nous vouloir joueur LIBRE du Jeu de la véritable Cabbale.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

La liberté dans le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) aire l’analogie des contraires dans le Jeu de la Cabbale.

Donc, si nous sommes libre, et que nous avons la possibilité de choisir (et un non choix est toujours un choix), cette liberté n’a de raison d’être que si le joueur est capable de faire ces choix en fonction du développement de sa faculté de discernement ; faculté qui sera d’autant plus pertinente, qu’elle reposera sur un niveau élevé de Connaissance. Les choix possibles, dans une petite épicerie, ne seront pas les mêmes que dans hyper marché.

Il n’y a jamais d’expériences inutilement négatives, tout est cadeau et celui qui choisit de vivre en barbare inculte sanguinaire et violent (oui, oui il y a aussi des pions assez cons pour cela), n’aura pas les effets de celui qui choisira de vivre en sage érudit, respectueux par conviction profonde de l’harmonie de l’ordre des choses, et par amour de tout ce qui concours à cette Harmonie...

Les polarités positives et négatives sont nécessaires puisqu’elles sont ce qui rend la liberté du joueur possible, mais il faudrait manquer singulièrement de discernement, avec les conséquences de cause à effet qui en découlent, pour considérer qu’il n’y en a pas une, qui soit supérieure en élévation, par rapport à l’autre, et que les deux étant nécessaires, il appartient donc au joueur d’en faire l’analogie des contraires.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

Vice ou Vertu dans le Jeu de la Cabbale ?

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) u sépareras le subtil de l’épais dans le Jeu de la Cabbale.

En dehors de cette grossière caricature, il convient donc de considérer, malgré l’extrême diversité des situations, que tout peut se réduire soit à un vice, soit à une vertu, c’est ce que depuis la nuit des temps les Maîtres du Jeu de la Cabbale appellent discerner le Bien du Mal, le fameux fruit de l’arbre de la Connaissance qui fait devenir comme un dieu celui qui en mange...

-  Rendre service à quelqu’un qui en a besoin, et qui le demande, sans lui faire peser, sur la conscience, le poids de la reconnaissance est une vertu.

-  Draper cette vertu dans un ego orgueilleux en faisant état du service rendu auprès de tiers, est un vice qui neutralise cette vertu. Toute charité révélée étant par essence vaniteuse...

Comme exemple c’est moins grossier que :tu ne tueras point !, mais on est encore loin de la dentelle de soie...

La finesse de discernement du Bien et du Mal est donc directement en rapport avec le niveau vibratoire de son propre champs de conscience, et ce champ de conscience est proportionnel au niveau de Connaissance... Un enfant qui dérobe un jouet à son camarade, n’a pas l’impression de faire mal, son champs de conscience est encore trop étroit pour percevoir cette subtilité vertueuse qu’il ignore. Mais l’adulte qui assiste à la scène, sans intervenir pour apprendre à cet enfant les rudiments de la justice : tu ne voleras point, et le respect d’autrui et donc de l’Univers, porte lui, la responsabilité d’un manque de pratique de vertu, dont il aura à rendre compte en vertu des Lois de causes à effets qui vont inscrire un débit sur son compte karmique.

Car la vertu est indissociable de la responsabilité et elle s’exerce subtilement de façon active ou passive... Juste une question de... Discernement !


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

Le jeu de la Mère L’Oie

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) e Jeu de la Mère l’Oye, le jeu de l’oie.

Nous voici de retour sur l’un des jeux pour enfants comme pour adultes, et qui est l’un des plus cabbalistique dans l’essence même de son nom, comme nous avons déjà eu l’occasion de l’aborder.

Cette foi, pour le désigner, j’utilise une orthographe ancienne mais pas moins révélatrice : l’Oye. Ce mot était utilisé pour : les contes de ma mère l’Oye, et nous devons ici nous rappeler de cette ancienne expression qui était utilisée sur les place des villages, pour attirer l’attention des habitants sur une annonce officielle de quelque importance : Oyez, Oyez ! bonnes gens !

Expression toujours utilisée dans les cours de justice américaine ; il est probable que les Cabbalistes Hermétiques qui sont à l’origine de ce jeu, ont su habilement jouer sur tous les sens de ce mot pour nous indiquer la route à suivre. En vieux français Oye est la première personne de l’indicatif présent du verbe ouïr, dont la signification est : Entendre ! Difficile de ne pas faire le rapprochement entre entendre et entendement, ainsi qu’entre entendement et Connaissance. Ce jeu de la Mère l’Oie serait donc celui de la Connaissance pour peu qu’on lui prête l’attention voulue, tout un programme qu’il convenait de retrouver dans notre Jeu de la Cabbale...

Quand je parle de Cabbalistes Hermétiques, je le fais à dessein car ce : jeu de la Mère l’Oie, si certains le font historiquement remonter à la fin du XVIIe siècle, venant de Venise ou François de Médicis l’aurait offert à Philippe II d’Espagne, Mme Christiane Desroches Noblecourt n’hésite pas à faire remonter l’origine de ce jeu à la première dynastie de l’Egypte ancienne où ce jeu était matérialisé sous la forme d’un Serpent enroulé sur lui-même en spirale, (le symbole du serpent étant ici l’un des plus puissant qui soit), ce jeu dont on peut voir des exemplaires au musée du Louvre s’appelait : Méhèn.

Nous comprenons mieux la raison cabbalistique de l’utilisation du nom de l’Oie, en sachant que dans la cosmogonie égyptienne d’Héliopolis, comme je l’ai précédemment évoqué, le dieu de la terre était appelé Geb ou le Grand Caqueteur, sa figure hiéroglyphique était une oie et une jambe, ce qui pouvait se traduire, selon la cabbale du langage des oiseaux qu’est le rébus par : la patte d’oie. La légende égyptienne fait sortir Ré, le créateur du monde, d’un oeuf qu’une oie céleste vint déposer sur l’île du lac sacré d’Hermopolis (ville consacrée au dieu Thoth) après avoir briser le silence de l’univers par son caquetage...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale : les Nombres

Le jeu de la Mère l’Oie, les nombres

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) es Nombres du Jeu de la Mère l’Oie.

N’oublions pas que les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, perpétue une très ancienne tradition qui remontrait à Troie et qui était celle du chemin des Oies sauvages qui faisaient retour vers l’Atlantide, ou le monde Hyperboréen des origines. La migration de l’oie d’une région à une autre est à rapprocher, dans sa signification ésotérique hermétique de la sentence de notre Table d’Emeraude :

Il monte de la terre au ciel, et derechef il descend en terre, et il reçoit la force des choses supérieures et inférieures. Tu auras par ce moyen la gloire de tout le monde ; et pour cela toute obscurité s’enfuira de toi.

Le tracer du jeu est composé d’une spirale, courbe faisant sortir d’un point fixe d’émanation des révolutions qui s’en éloignent de plus en plus et qui symbolise le mieux, le principe d’évolution permanente. Avec sa double signification d’involution et d’évolution, la spirale rejoint le symbolisme de la roue qu’elle égale et dépasse en fréquence dans les représentations figurées ou les motifs celtiques ornementaux. La spirale, et spécialement la spirale logarithmique, possède cette remarquable propriété de croître d’une manière terminale, sans modifier la forme de la figure totale et d’être ainsi permanence dans sa forme malgré la croissance asymétrique qui est en rapport avec le Nombre d’Or. Le Jeu de l’Oie a en général une spirale qui s’enroule sur deux tours et demi, comme le colimaçon osseux que nous retrouvons dans l’organe de l’ouïe, le fameux entendement...

Le but du jeu de la Mère l’Oie est celui qui consiste à conduire l’être humain à la découverte de sa divinité en parcourant l’unique voie qui s’offre à lui, voie qui comporte deux polarités l’une l’involution, l’autre l’évolution. Pour y parvenir il devra parvenir au terme de 63 cases d’un parcours imposé ( le Destin) en utilisant les lois du dieu des ignorants : le Hasard qui se présente sous forme de dès comprenant 2 X 6 nombres, pour un total de 12 maximum...

Nombres symboliques sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir. Chaque face d’un dé totalise le nombre 7 (3+4, 6+1, 5+2), chaque nombre affiché par le dé, indique aussi le nombre caché qui a donc un lien avec celui révélé... Les trois possibilités d’un dé, de cumuler le nombre 7 par addition des deux faces opposées, nous donne : 3 X 7 = 21. Le ternaire, les trois plans de manifestation avec les 7 grands Recteurs de la Création qui se combinent pour nous donner le monde (21), et avec le zéro, les 22 Arcanes majeurs, mais n’allons pas trop vite en besogne...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

Le jeu de la Mère l’Oie : les cases

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) es bonnes et les mauvaises cases du jeu de la Mère l’Oie.

Certaines cases de ce jeu sont favorables à la progression du joueur, comme les oies (se reporter à l’entendement et la Connaissance), et d’autres défavorables comme le puits, la prison, le labyrinthe, la mort qui comporte comme pénalité une renaissance ou un retour à la case départ. Il y a une oie toutes les cinq et neuf cases, et chaque fois qu’un joueur tombe sur la case de l’oie ses points sont doublés. Chaque nombre que révèlent les dés ont leur importance dans ce Jeu de la Cabbale qu’est le jeu de la Mère l’Oie, mais chaque case du jeu étant aussi numérotée, nous retrouvons le croisement des puissances entre elles en fonction des lois du Destin et celles de la Providence.

Notons que la case 1, n’est jamais occupée, car il est impossible d’obtenir ce nombre avec deux dés, ceci pour dire que le mystère du 1 n’est jamais révélé pour celui qui commence ses premiers pas sur le chemin de l’évolution, le néophyte.

En case 6, nous avons un pont qui propulse celui qui s’y arrête à la case 12, passage de l’ignorance de l’homme de désir à la connaissance de l’initié qui se consacre à la réalisation du grand oeuvre.

En case 19, nous trouvons l’auberge, qui invite le joueur à se reposer pendant deux tours. 19 est la roue le 10 par réduction théosophique celui d’un nouveau renouvellement...

En case 31, nous avons le puits, symbole de la transmission initiatique puisque le joueur qui s’y trouve doit attendre qu’un autre joueur vienne prendre sa place pour le libérer. Image ésotérique de la chaîne de connaissance qui ne doit jamais être rompue, car la vérité doit sortir de ce puits.

En case 42, nous avons le labyrinthe. Le labyrinthe est une épreuve de patience, car le joueur qui y arrive doit retourner à la case 30, ceci pour lui rappeler l’humilité de l’effort et du travail obstiné en le mettant ainsi en garde contre la rapidité et les raccourcis illusoires. L’Ora et Labora de nos alchimistes ; médite et travaille.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

Le jeu de la Mère l’Oie, les pièges

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) es pièges du jeu de la Mère l’Oie.

En case 52, nous avons la Prison, comme pour la case du puits, celui qui arrive sur la case prison doit attendre qu’un autre joueur vienne le délivrer, et dans ce cas le prisonnier sort pour retourner sur la case d’où est venu celui qui l’a délivré de sa prison de certitude égotique et de ses désirs matériels.

En case 58, nous avons la Mort. Si nous procédons à une réduction théosophique nous obtenons 5+8 = 13, la mort dans les lames du livre de Thoth, sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir très longuement, tellement elles sont la synthèse de la véritable Cabbale Mère. Cette mort symbolique est aussi une mort initiatique qui permet de renaître à une autre vie.

Enfin nous arrivons avec la case 63, sur le seuil de l’initiation ultime ; notons qu’en réduction théosophique 6+3 = 9 l’ermite, le sage, l’initié, qui devra encore avoir l’audace d’une pensée Juste pour ouvrir la porte du Temple céleste.

Cette petite chronique sur le jeu de la Mère l’Oie est volontairement un résumé succinct, car il ne s’agit pas d’entrer encore complètement dans le Jeu de la véritable cabbale, nous ne sommes que dans les préliminaires, chaque élément fourni doit être d’abord éprouvé (médité et pratiqué) par le joueur, avant de pouvoir prétendre aller plus loin sans dommage pour lui.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale : les mystères

Le poids réel d’une conviction.

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG)

es Mystères de la Pensée.

Nous avons démarré ce Jeu de la Cabbale par les convictions et leur poids, il s’agissait bien évidemment d’une analogie, une conviction n’a pas de poids physique mais un poids Mental.

Qu’est-ce qui fait le poids de cette conviction ?

À cette petite question je répondrai : la pensée.

Il en est des questions comme des réponses, à peine pointe-t-elle son nez que déjà se profile dans son ombre une autre question... Mais c’est quoi au fait la pensée ?

Et là, nous sommes bien de retour sur le plan Mental, celui duquel tout émane comme nous l’avons vu dans une précédente chronique de ce Jeu de la Cabbale.

Bulwer Lytton dans son roman cabbalistique Zanoni, disait fort justement : La pensée est une âme.

Aïe ! voilà qui complique bigrement les petites affaires des raisonneurs cartésiens...

D’ou viennent donc nos pensées, sommes nous créateur de nos pensées ?

Hélas pour ceux qui s’imaginent qu’ils sont les auteurs des leurs petites cogitations laborieuses, il faut se rendre à l’évidence d’un principe Universellement incontournable :

nous ne sommes créateur de rien, jamais !,

cette fonction n’est que l’attribut d’un Seul dans l’Univers : Le Divin Créateur... Va falloir vous faire à cette idée simple et incontournable, et si vous n’en êtes pas totalement convaincu, essayez simplement de Créer quelque chose qui n’utilise rien de ce qui existe déjà, et qui bien évidemment n’existe nulle part, au point que l’on puisse qualifier cette création de totalement originale...

En attendant cette impossible démonstration, les réalités objectivement observables démontrent que nous ne créons rien, pas même nos pensées, et que ces dernières qui préexistent dans un univers Mental, ne sont que captées par nous ou ceux qui nous les ont refilés.

Le scientifique raisonneur et sophiste en diable pourra toujours tenter d’expliquer que les machins et les bidules à l’intérieur de la boîte crânienne en s’interconnectant à l’infini, avec échange de substances chimiques et influx électro-magnétiques, expliquent la productions et la création de pensées ; mais c’est comme si un électronicien essayait de vous faire croire qu’un ordinateur fonctionne avec un prise de courant et ses circuits électroniques internes. Ce serait oublier un peu vite que cette boîte électronique ne fonctionnera qu’avec l’apport complémentaire d’un système et de nombreux programmes complémentaires ainsi que de l’indispensable présence de l’individu qui se trouve devant l’écran.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

La pensée dans le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) a vanité du pion, l’Humilité du joueur du Jeu de la Cabbale.

Nous ne créons pas nos pensées, nous les recevons soit de notre environnement (éducations, traditions, langues, cultures, échanges avec notre milieu etc...), soit nous les captons par réflexion, méditation ou concentration. Les pensées préexistent sous forme d’énergie pure, c’est ce que découvre la physique quantique, monde quantique qui n’est plus un monde d’objet ou de particules mais un monde d’informations et d’échanges de celles-ci. L’univers Mental est un océan des pensées du Divin Créateur qui constitue l’énergie source qui se transforme en fonction des assemblages de celles-ci comme un jeu de Lego. L’enfant qui joue à ce jeu ne crée pas les pièces qui lui servent à faire ses constructions ; elles existent et c’est grâce à leurs capacités originelles à s’assembler en elles qu’il pourra donner libre cours à son imagination. L’enfant ne crée pas il assemble les pièces de son jeu.

L’adulte ne crée pas ses pensées il les reçoit et les assembles en fonction de ses capacités à les recevoir.

C’est là, tout le sens (l’essence) du Jeu de la Cabbale...

Si nous sommes capteurs de pensées, sommes nous pour autant capables de recevoir toutes les pensées ?

Pour répondre à cette question, toujours en utilisant l’axiome de la Table d’Emeraude : ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et inversement, j’utiliserai encore une fois l’analogie de l’ordinateur. Un ordinateur peut recevoir des systèmes et des programmes en fonction de la capacité de son microprocesseur de ses mémoires internes et de la capacité de son disque dur. Les petits ordinateurs bas de gamme ne peuvent pas prétendre fonctionner avec des systèmes et des programmes réservés à des ordinateurs beaucoup plus puissants.

Il en est de même pour les pensées, nous captons ces dernières en fonction de nos capacités à les recevoir. Car chaque pensée à un niveau vibratoire qui lui est propre, et un capteur de bas de gamme qui voudrait recevoir des pensées de très haut niveau vibratoire, serait comme un appareil électrique en 12 Volts que l’on brancherait sur le 380... Forcément ça chauffe et ça disjoncte...

Il y a donc dans l’océan des éternelles pensées de l’énergie source, celles qui sont de niveau vibratoire qui les sédimente vers l’épais, et d’autres qui se dilatent vers les sphères du subtil ; chaque joueur du Jeu de la Cabbale ayant la liberté de choisir en fonction des capacités qu’il aura su développer. Ceux qui veulent se contenter de quelques pièces du jeu de Lego (ça le fait aussi avec le jeu de l’ego), ne parviendront pas à construire grand chose, à l’inverse ceux qui seront capables de manipuler de grandes quantités de pièces seront aussi capables d’avoir des réalisations de plus en plus sophistiquées.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

La poids dans le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) a transmutation dans le jeu de la Cabbale.

Alors pour en revenir au poids de notre conviction, il serait plus juste de dire que cette conviction a une énergie vibratoire plus ou moins forte. Mais pour parvenir à avoir des convictions (ce qui nous appartient en propre) hautement énergétiques encore faut-il savoir utiliser les pensées de même nature...

Recevoir une pensée, n’implique pas que cette dernière transmette son énergie vibratoire au récepteur, encore faut-il qu’elle soit transformée par ce dernier. Combien ont accumulé un stock de pensées (savoir mémorisé) qu’ils se sont contentés de recevoir dans leur emballage d’origine sans jamais avoir pris la peine de les déballer ?...

Ceux-là, vous les reconnaîtrez facilement ils pensent uniquement avec les idées des autres, ils n’ont pas de convictions, ils perroquettent ce qu’ils ont un jour capté sans bien comprendre même le sens de ce qu’ils ont capté, soit au moyen de leur éducation, de leurs traditions, de leur endoctrinement et bourrage de crâne insidieusement reçu, soit par simple paresse intellectuelle qui fait qu’il est toujours plus facile de suivre le troupeau de moutons que d’assumer sa propre indépendance.

Qu’est-ce qui transforme une pensée en conviction ?...

Voilà une bonne question, c’est même une question essentielle dans notre Jeu de la Cabbale. La réponse est : l’enclume de l’épreuve ! qui fait passer du savoir à la Connaissance.

Il faut éprouver par ses propres moyens chacune des pensées que nous captons pour en recevoir le niveau vibratoire. Il est donc nécessaire d’ouvrir l’emballage d’origine pour en connaître le véritable contenu. Vous trouverez dans le livre le Troisième OEil et l’Infini, en (téléchargement gratuit, des exemples d’ouverture de boîte d’emballage d’une pensée comme celle du mot : AMOUR.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du jeu de la cabbale : le livre vivant

L’épreuve de la Loi de Maât dans le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) onviction et Loi de Maât dans le Jeu de la cabbale.

Lorsque vous éprouvez une pensée, outre votre libre arbitre, vous utilisez le principe de l’analogie des contraires, car comme toutes choses, une pensée a toujours une double polarité. Et ce n’est que lorsque que vous effectuez cette analogie des contraires, que vous faites oeuvre de transmutation, cette pensée peut devenir ou non une conviction, votre conviction !

Alors certains pourraient encore se demander : mais à quoi peut bien servir ce travail de transformation d’une pensée en conviction ?... Ce à quoi je répondrai que si nous ne devenons que ce que nous pensons, alors il est important, dans l’hypothèse ou vous souhaitez utiliser cette noble fonction qu’est votre Intelligence, de choisir les énergies qui viendront vous animer...

Tout cela nous conduit à l’incontournable et sublime Loi de Maât, cette déesse de l’ancienne Egypte, fille du dieu solaire Rê, compagne du dieu Thoth, symbole de l’ordre cosmique de la justice et de la vérité et dont la Loi se résumait à cette admirable sentence :

Juste de pensée, juste de parole, juste d’action, et trop de Maât n’est plus Maât.

Voilà un exercice extraordinairement subtil de notre Jeu de la Cabbale, pour avoir une action juste il y faut une parole juste, mais comment avoir une parole juste sans avoir eut préalablement une pensée juste...

Une pensée juste est nécessairement celle qui vibre en harmonie avec ce que nous sommes et dont la vibration, par sa justesse, entre en résonance avec les Lois Justes de la Divine Création. Ces vibrations, au lieu d’êtres hétérogènes et contradictoires, deviennent homogènes cohérentes et se renforcent mutuellement de leurs énergies qui se subliment en extase... Donc pour accéder à la juste pensée il faut obligatoirement passer par la Connaissance.

Il découle de ce qui précède, que le poids d’une conviction dépend directement de la justesse de nos pensées, il convient donc de garder en mémoire la règle de Maât :

Juste de pensée, juste de parole, juste d’action, et trop de Maât n’est plus Maât.

Et de la mettre en pratique pour chacune des pensées que vous choisirez de transmuter en conviction.

Petit exemple d’une pensée injuste.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

Le faux joker du Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) e Jeu de la Cabbale n’est pas une partie de poker menteur.

Nous avons vu, depuis le début de notre jeu de la Cabbale, que la véritable densité d’un individu, n’est pas le poids qu’il fait sur un pèse personne, mais bien davantage celui de ses convictions. Qu’en découvrant cette petite règle de jeu subtile, nous avons été obligé d’aller un peu plus loin que les simples apparences que recouvre le terme Conviction pour le simple pion de notre Jeu, qui lui, n’utilise pas ses capacités de discernement et encore moins son libre arbitre pour Connaître.

Alors prenons la peine d’apporter une précision, là encore d’une simplicité si évidente qu’on en arrive à ne plus percevoir l’extrême sophistication qui se cache derrière, je veux parler de ce faut joker qu’est le mensonge et qu’utilise abondamment le pion le plus simplet de notre Jeu de la Cabbale.

Chacun se fait une certaine idée du mensonge... Le joueur débutant se dira : c’est quoi ce préchi-précha à la noix et d’un autre âge ? Convaincu qu’il est de ne pas mentir, ou pas souvent, ou alors seulement pour ce qu’il croit être une "bonne cause"... Et d’ailleurs tout le monde ment (enfin croit-il, ce pion qui n’a pas d’horizon plus vaste que celui qui consiste à faire comme tout le monde), mais là ou se révèle la dangerosité d’utiliser ce faux joker qu’est le mensonge, c’est d’une part qu’il crée un monde fait de faux-semblants et d’apparences inconsistantes, et d’autre part de ne donner aucune densité à la moindre conviction ce qui devient extrêmement préjudiciable pour son patrimoine karmique.

Les intoxiqués aux mensonges se retrouvent assez souvent, dans notre jeu de la Cabbale, parmi les sophistes qui prétendent, pour se dédouaner ou pour se donner un semblant de bonne conscience, que de tout façon tout n’est qu’illusion... Ce à quoi je me permets de répondre à ces pions sous dépendances de cette drogue dure qu’est le mensonge : lorsqu’ils ont l’illusion de monter dans leur véhicule, qu’ils évitent l’illusion qui consiste à rentrer à vive allure avec ledit véhicule, dans un mur d’illusion façon briques, car les dégâts et les préjudices qu’ils auraient à subir, seraient tout sauf de l’illusion...

Le mensonge en pratique abusive amène, comme les drogues hallucinogènes, à ne vivre que de délires et de chimères que la victime (le malade de l’âme) finit par prendre pour des réalités, ce qu’un vieil adage populaire a fort bien résumé par : prendre des vessies pour des lanternes...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

Joueur de poker et jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) e pion menteur dans le Jeu de la Cabbale.

Dans le monde matérialiste, pour les joueurs à l’intellect raisonneur de notre Jeu de la Cabbale, le mensonge n’est pas l’exception mais la règle... La politique a pour base le mensonge, la société, dans les rapports qu’elle impose aux membres du corps social, à pour règle le mensonge qui s’étale sur tous les murs sous forme de publicité, d’apparences trompeuses et de masques de sociabilité qu’elle impose à chacun.

La presse, la radio, la télévision véhiculent des chimères, des non dits, des infos partielles, partiales ou volontairement tronquées... Souvent en utilisant la fausse barbe de ne pas vouloir heurter les ignorances, froisser les susceptibilités égotiques ou sectaires, déplaire aux intérêts supérieurs, aux influences dominatrices, ou par complaisance avec des courants de pensées.

Le médecin ment souvent à son malade, le banquier à ses clients, le curé à ses ouailles, la voyante à son gogo, le mari à sa femme et inversement, la mère à son enfant et l’enfant au père Noël, Etc... Etc...

Certains petits pions de notre Jeu de la Cabbale pourraient avoir la faiblesse de croire, dans une angélisme émotionnel étriqué, qu’eux ne mentent jamais ou presque jamais ou seulement pour rendre service...

Ce à quoi je leur signalerai aimablement, que contrairement à l’idée illusoire, sur laquelle ils font reposer cette Conviction sans poids ni valeur, il passe en réalité leur temps à mentir d’un bout à l’autre de leurs journées, sans même se rendre compte qu’ils sont devenus complètement accros à cette redoutable drogue dure...

La preuve ?

Lisez la suite des chroniques du jeu de CABBALE...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du jeu de la cabbale : la routine

Le pion menteur du Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) n pion du Jeu de la Cabbale, est menteur par routine.

Ils se mentent bien souvent à eux-mêmes en premier, en se croyant obligés de faire tout un tas de choses contraignantes, asservissantes, très souvent imbéciles au regard du peu d’intérêt que cela leur apporte ; ce sont nos petits pions que nous retrouvons régulièrement dans les embouteillages, ou les transports en commun aux heures d’affluences. Ils mentent invariablement lorsqu’ils répondent à la question bateau :

-  comment ça va ?... ça va bien merci,

sachant pertinemment que ça ne va pas très fort ou pas du tout. Ils mentent invariablement pour ne pas froisser la susceptibilité d’untel ou d’untel, pour ne pas se mettre mal avec un voisin, un proche ou un ami, ils mentent sur leur âge, sur ce qu’ils pensent au fond d’eux-mêmes, sur leur véritable condition sociale, ou leur niveau intellectuel et/ou culturel ; sur leurs opinions politiques (lorsqu’il y en a ), religieuses, culturelles, sociales.

Ils mentent en trouvant beau ou bien ce qui ne l’est pas simplement pour ne pas déplaire au chef, au supérieur, au camarade fier de ce qu’il prend pour la 8ème merveille du monde ; ils mentent par sociabilité routinière en faisant la noce avec des mariés dont ils se foutent le trois quart du temps, en souriant au nouveau né qui n’est pas si beau que l’on veut bien le dire par complaisance convenue ; pour une coiffure qui ne change pas grand chose à la face de celui ou celle qui la porte ; sur des vêtements que l’on se croit obliger de trouver pas mal du tout, alors que celui ou celle qui les porte n’a pas franchement meilleure allure avec... La vie moderne la plus banale, la plus commune et la plus quotidienne est en réalité truffée d’une infinité de mensonges, c’est même là, sa principale fondation.

Mais comme tous les alcooliques auxquels on signale leur état d’alcoolisme chronique, et qui finissent par nier farouchement cet état au début de cette révélation, par manque de discernement de ce qu’ils sont, l’individu qui se pensait presque vertueux, aura dans un premier temps un mal fou à admettre qu’il est en fait corrompu jusqu’à la moelle des os, par le mensonge.

Faites l’inventaire du nombres de mensonges, par routine, complaisance ou faiblesse, que vous commettez dans une seule journée, le résultat sera un très bon indicateur des progrès qu’il vous reste à faire...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 2 du Jeu de la cabbale

le bon joueur du Jeu de la Cabbale ne ment pas !

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) e mensonge enlève tout poids aux convictions du joueur du Jeu de la Cabbale.

Si, la pratique du mensonge, est un choix délibéré, je le respect et ne trouve rien de particulier à y redire, chacun devant, tôt ou tard, assumer les conséquences qui découlent de ce choix, la facture finit toujours par se présenter. Mais si ce n’est pas un choix, c’est encore plus grave d’être intoxiqué par le mensonge, par ignorance et inconscience, car dans cet état il est difficile de prétendre pouvoir parvenir à forger ses propres convictions, et qu’elles aient le moindre poids.

La Quête de la vérité, la principale règle de notre Jeu de la cabbale, implique de sortir de la dépendance au mensonge, par une pratique volontaire de la vérité et une vigilance de tous les instants. C’est toujours difficile, cela nécessite du courage de la force de caractère et du libre arbitre, c’est souvent brutale et parfois douloureux, car comme le dit l’adage : il y a deux chose que l’individu ne peut pas regarder en face, le soleil et la vérité, c’est pourtant à ce prix que se forgent les convictions.

Le mensonge, quelle que soit sa forme, ou sa justification, est toujours une manifestation de faiblesse, celui qui veut passer du statut de pion à celui de joueur dans notre Jeu de Cabbale, doit s’entraîner, à la moindre occasion, à bannir le mensonge de son ordinaire, pas pour espérer atteindre je ne sais quelle sainteté imbécile, non, simplement pour espérer parvenir à se forger des CONVICTIONS ayant une réelle densité.

Une conviction basée sur le mensonge, cela donne un ignorant dans les ténèbres ne sachant pas ce qu’il cherche ni où il va...

Bonjour l’angoisse et la déprime...

Le mensonge est un virus qui finit par rendre l’âme malade, ainsi que le corps qui est le prolongement de cette âme.

Voilà qui nous renvoie aux préceptes de la Table d’Emeraude :

"Il est vrai, sans mensonge, certain et très véritable"

Seule une Conscience cultivant le "VRAI’ peut espérer s’élever au-delà des apparences trompeuses qui forgent le masque frivole de sociabilité de notre nature égotique.


SUITE des chroniques du jeu de CABBALE, LIVRE III...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.




le tarot du sepher de moise


retour à la rubrique : chroniques du Jeu de la Cabbale
telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit