Cabbale.org

La Cabbale, le Jeu vivant

Chroniques du Jeu de la Cabbale Livre III

© C. Le Moal votre guide du Jeu.


L’Académie d’Hermès


Les Trésors de l’Arche d’alliance n’ont rien à voir avec de la bimbeloterie ou des colifichets de pacotilles, le Jeu de la Cabbale consiste d’abord à retrouver ces Trésors égarés.

Et contrairement aux légendes et aux contes pour enfants, ces Trésors existent véritablement, mais celui qui ne cherche pas n’a aucune chance de les trouver, la Connaissance est une quête pas un dû.

À chacun selon ses mérites, là réside la Justice Divine.



Livre 3 du Jeu de la cabbale

Retour sur l’analogie dans le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) our être un bon joueur du Jeu de la Cabbale, il faut parler le bon langage.

Nous avons vu que l’analogie est le langage des dieux, il convient donc dans notre Jeu de la Cabbale de parvenir à s’en faire l’idée la plus précise qu’il soit possible.

D’abord posons nous la question : pourquoi le langage des dieux est l’analogie ?

Pourquoi celui-là plutôt qu’un autre ? qu’a-t-il de plus ou d’incomparable, ce langage particulier...

Il a ceci de particulier en tant que langage : c’est celui qui permet de parler du visible et de ce qui est invisible à la nature organique dans sa vision binoculaire.

Exemple d’un observateur qui du haut de son balcon regarderait passer au bas de sa rue une foule déambulante de personnes. Que pourrait dire sur ce qu’il perçoit de chaque individu composant cette foule ?

Approximativement : sa taille, son sexe, son âge, sa race, sa tenue vestimentaire, la rapidité de sa démarche, la couleur des cheveux, des yeux, et quelques autres détails de même nature concernant l’aspect visible, mais rigoureusement rien sur l’aspect invisible comme : sa préoccupation du moment, sa qualification professionnelle, ses croyances religieuses ou spirituelles, ses convictions politiques, ses attirances culturelles, sportives ; l’étendue de ses convictions dans un certain nombre de domaine ; son courage, ses vices ou ses vertus, la nature de son champ de conscience...

Il se dégage de cet exemple, qu’il serait parfaitement ridicule de résumer un individu à la somme des éléments visibles qui le composent ; qu’il n’est possible d’en avoir une idée précise qu’en tenant compte et de cette somme visible, et surtout de la somme des éléments invisibles, partie immergée de l’iceberg. Un Temple religieux n’est pas qu’un assemblage de pierres et de matériaux, sinon ce ne serait qu’un hangar à foin ou à bestiaux ; ce qui en fait son imposante majesté c’est tout l’édifice spirituel qui lui sert d’architecture vivante et qui seul est capable de faire vibrer la pierre sur son octave la plus élevée.

Ainsi pour en revenir à notre petit exemple, nous pourrions dire d’un individu qui déambule sur le trottoir que ce qui le met en mouvement c’est d’abord sa volonté qu’il a mise en marche et que cette dernière ayant vaincu la force d’inertie qui le maintenait immobile à été à l’origine de son déplacement corporel, et est la source de l’énergie qui le maintien en mouvement.

La marche de la volonté (abstraction) et la marche de l’individu deviennent ici une analogie par l’association d’une fonction visible et invisible, dont la plus importante dans son fondement causal est et restera l’invisible qui est à la source de ce qui se manifeste.

L’analogie est donc bien le langage des dieux en ceci qu’il assemble une loi à sa manifestation et qu’il nous ramène toujours à l’essentiel, ce sur quoi nous aurons à revenir :

le Macrocosme est accessible au microcosme uniquement par analogie.

Ce qu’a fort bien exprimé Papus dans son Traité des sciences occultes.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de la cabbale : L’humilité

Le bâton de pouvoir dans le Jeu de la cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) ’humilité et le Caducée d’Hermès.

Nous avons vu dans les chroniques précédentes, que le mensonge est un handicap majeur pour tout bon joueur de notre Jeu de la Cabbale. La pratique du mensonge sous une forme routinière et semi-consciente, ne permet pas d’avoir une juste vision des choses, et donc de passer de l’état de pion à celui de joueur ; le premier est asservi aux lois du Destin (les règles du jeu), le deuxième utilise pour ses desseins les mêmes règles du jeu.

Le mensonge ne permet pas d’accéder aux facultés spirituelles supérieures, ni même inférieures, qu’engendre l’élévation à l’Humilité. Pour parvenir à ce degré d’élévation il est impératif d’avoir cette vision juste, ce qui exclut tout préjugés, faux semblant, lieux communs creux, ou apparences futiles de complaisance ou de sociabilité.

Si la simplicité ne doit pas être confondu avec le simplisme, - ce que l’une est au sommet de la sophistication, l’autre, l’est au cul-de-basse-fosse de l’indigence -, de même il convient de ne pas confondre Humilité avec humiliation. L’Humilité est une osmose homogène des Vertus Cardinales que sont : la Force, la Justice, la Prudence et la Tempérance.

Il faut de la Force (vertu à ne pas confondre d’avec le vice qu’est la violence) pour ne pas laisser dominer sa faculté de discernement par la vanité, l’orgueil, la prétention d’un ego ambitieux et totalitaire. Il faut de la Justice dans ses choix et ses décisions, dans ses pensées et ses actes, et cette Justice repose essentiellement sur la Connaissance. Il faut de la prudence pour ne pas sortir du chemin de crête qu’est celui du juste milieu, (l’analogie des contraires), bordé par deux précipices abyssaux que sont la raison des sophistes et la superstition des idolâtres et des prosélytes. Il faut de la Tempérance pour résister aux hordes sauvages que sont les passions, les désirs et les émotions, sachant par exemple que trop de Maât n’est plus Maât et que rien ne peut se faire au-delà du principe : Autant-que-possible.

Parvenir à dominer de façon homogène ces Vertus Cardinales, équivaut pour un joueur du Jeu de la Cabbale, à tenir fermement le bâton d’Hermès, celui du pouvoir de la Volonté autour de laquelle, le quêteur de vérité enroule et domestique les serpents des puissances du Destin afin de parvenir à utiliser ces puissances pour déployer les ailes de sa Conscience ; en cela réside les pouvoirs de l’Humilité, et la symbolique du Caducée d’Hermès.

Contrairement à l’idée primaire qui pourrait survenir dans l’esprit du pion (les profanes incultes qui subissent douloureusement les règles du Jeu), l’Humilité n’est pas une contrainte mais une libération. Elle libère du fardeau des obligations qu’imposent abusivement et par commodité les traditions culturelles, politiques ou cultuelles, qui nous laissent trop souvent croire que nous avons une quelconque obligation et responsabilité à participer au changement de l’ordre des choses.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de la cabbale :Grandeur

L’indispensable viatique pour le Jeu de la Cabbale

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) l n’y a pas de grandeur sans Humilité, surtout dans le Jeu de la Cabbale.

Chimère infiniment illusoire qui consiste à croire (foi aveugle) que la créature à le pouvoir de changer le créateur, alors qu’elle ne possède et ne possèdera jamais le moindre pouvoir de création. Non seulement nous n’avons pas le pouvoir de changer l’ordre souverain des choses, mais l’humilité permet de comprendre que c’est cet ordre souverain des choses qui est là pour nous changer et suivant des Lois Justes et harmonieuses. Cette libération s’étend aussi au fait que si nous devons nous sentir responsable pour autrui, nous n’avons nullement la responsabilité de faire le bonheur des autres contre leur volonté. La responsabilité dans l’humilité, consistant simplement à être toujours disponible pour partager nos richesses avec qui en manifeste le désir, et à la condition qu’elles soient utilisées pour évoluer et non gaspiller par complaisance, ignorance ou faiblesse, ce qui ne ferait que renforcer l’involution du bénéficiaire ; lourde responsabilité karmique pour les deux parties...

L’humilité offre enfin à celui qui en fait son bâton d’Hermès, la faculté d’une juste vision des réalités et notamment celle qui consiste à savoir : que quelle que soit l’idée que nous nous faisons de nous-même, nous ne sommes rien au regard de la Création.

L’être humain, seul avec son ego et ses certitudes étriqués, n’est qu’un espace d’insignifiance dérisoire dans un instant éphémère du temps. L’humilité permet alors de comprendre qu’en nous débarrassant de nos oripeaux (facultés égotiques périssables et vaniteuses), nous accédons à la faculté supérieure celle qui consiste à pouvoir enfin recevoir les Lois de la Providence, qui alors nous relit à l’universel, faisant de celui qui se hisse à cet état, le réceptacle des Lumières Divines. Lumières Divines qu’il peut alors faire rayonner à son tour en n’oubliant jamais : qu’aussi brillant qu’il nous soit donné d’être, nous ne sommes que le pâle reflet de la Lumière qui nous éclaire.

L’Humilité est par ailleurs une des protections les plus efficace contre les attaques des profanes incultes et des raisonneurs ignorants, qui s’en prennent, généralement pour nuire à ce qui les dépasse, qu’a ce qui fait le paraître (la substance) et rarement à l’être (l’essence), pour cause de vision injuste et d’aveuglement. La condescendance méprisante, la hautaineté et l’arrogance suffisantes sont les signes extérieurs de leur « supériorité » de pacotille. Il suffit de peu de chose pour celui qui détient le pouvoir du bâton d’Hermès (l’Humilité), pour dégonfler les baudruches et les imposteurs ; un simple mot juste au bon moment y parvient.

L’humilité, active le discernement, elle apporte une vision Juste selon la Loi de Maât, et permet l’exercice de ce qui caractérise la véritable souveraineté individuelle du joueur de notre Jeu de Cabbale je veux parler du LIBRE ARBITRE.

Si bannir le mensonge de son espace spirituel est un exercice de tous les instants, il en est de même pour parvenir à l’Humilité ; la pratique des vertus n’est pas chose frivole.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de la cabbale : Magie et Cabbale

Magie et jeu de cabbale

Le véritable sens de la Magie


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) a Magie de l’analogie.

Dans notre Jeu de la Cabbale, l’analogie devient donc la langue en laquelle toutes les d’expressions, quelle que soit leur mode de manifestation, devront êtres traduits.

Ainsi le jour et la nuit, deviennent connaissance et ignorance...

Le haut et le bas signifient le subtil et l’épais...

Le mâle et la femelle, l’actif et le passif...

La terre et l’eau, le contractant et le fluide...

L’air et le feu, le dilatant et l’animateur.

Le Soleil et la Lune, le feu et l’eau mais aussi le conscient et l’inconscient, le sec et l’humide...

Chaque élément visible devient une manifestation tangible, nous renvoyant à un principe invisible à la vision organique et qui en est la cause.

Certains joueurs débutants pourraient se demander à quoi peut bien servir ce langage hermétique si peu usité dans un quotidien ordinaire et matérialiste ?...

Qu’il me soit permis de leur signaler que la pratique de ce langage analogique, au demeurant fort difficile à maîtriser pour qui s’attend à recevoir sans effort, est celui qui permet d’accéder à la véritable Magie des analogues, pas celle des plaisantins d’un ésotérisme ringard, désuet et fait d’impostures ridicules ; ni celle des saltimbanques ou des bateleurs de foire, mais de la Magie opérative celle qui a l’incontestable pouvoir de transformer ce capital d’énergie vitale que nous avons reçu à la naissance, pour en faire autre chose que des os, du muscle, de la graisse et une montagne de déchets qui constituera le bilan d’une vie humaine uniquement orienté animalité égotique.

Pour comprendre dès à présent le sens même de cette Magie, il convient d’observer qu’un individu contemporain, - celui qui, comme l’explique et le démontre le Troisième OEil et l’infini, est enfermé dans sa camisole de préjugés, de savoirs éculés et obsolètes, et de certitudes sclérosantes, qui sont à l’origine de l’atrophie des facultés supérieures -, ne fonctionne plus qu’avec ses cinq sens organiques.

Ces cinq sens organiques sont ceux qui vont activer et nourrir l’intellect, cette fonction supérieure de l’animale humain ; intellect qui, étant la synthèse des fonctions organiques, est périssable et raisonneur jusqu’à l’absurde, comme le démontrent les philosophes sophistes, les psychanalystes, les religieux sectaires, les athées tout aussi sectaires et scientifiques dogmatiques. Le langage qu’utilisent les individus qui sont uniquement guidés par ces cinq sens, est structuré pour satisfaire uniquement aux conditions de réceptivité de ces sens. Pour utiliser une analogie qui permettra une compréhension du problème posé : les habitants d’une île loin de tout continent, et coupés du reste du monde, n’envisage pas qu’il soit possible de concevoir la vie et le sens qu’il convient de donner à celle-ci, autrement que selon leurs traditions, us et coutumes.

Le langage qui sert de véhicule à ces cinq sens est une île, que dis-je un îlot presque toujours insalubre dans lequel évoluera l’ego...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de cabbale : La Magie des sens

Magie et sens spirituels

La Magie en Cabbale


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) a Magie des cinq sens spirituels.

Il ne peut y avoir aucune magie dans la pratique de ce ou ces langages uniquement basés sur l’aspect organique de l’individu ; chaque mot, chaque expression n’étant qu’un stimulus du goût, de la vue, de l’odorat du touché ou de l’ouïe, qui viendra activer les fonctions cognitives de l’intellect raisonneur de l’animalité humaine qui n’a plus que pour préoccupation, que ce qui compose son masque de sociabilité qu’est son paraître, en fonction de ce qu’il croit être ses intérêts.

Le langage analogique à ceci de fort différent de celui du langage profane, c’est qu’il fait essentiellement appel, non plus aux cinq sens organiques, mais aux cinq sens spirituels que sont : la clairvoyance, la clairaudience, l’intuition, la mémoire et l’imagination.

Pour comprendre véritablement le langage analogique, ou hermétique, il faut activer la vision de sa conscience, celle qui perçoit les choses qui se trouvent derrière les apparences. Voir n’est donc plus une fonction organique qui se centralise dans l’intellect et qui n’a pour horizon que le visible, mais une fonction spirituelle dont le champ de vision s’étend sur tout l’invisible qui devient une réalité autrement plus tangible que le visible, puisqu’elle à ceci de supérieur à savoir qu’elle est impérissable. Pour ce qui est de l’incontestable réalité de l’invisible voir le chapitre du Troisième OEil et l’infini.

Si, pour la vision binoculaire organique, il faut accumuler des images ( élargir son champ de vision à autre chose que son environnement le plus étroit), pour la clairvoyance dont le champ de vision est proportionnel au niveau de Connaissance, il convient d’accumuler des expériences, ce qui passe nécessairement par l’épreuve. Plus le niveau de Connaissance est élevé, plus le champ de vision de la clairvoyance est vaste ; plus ce champ de vision est vaste, plus le langage pour le décrire sera différent dans sa richesse de celui qui sert à décrire des réalités étroites et pauvres du monde visible.

La clairaudience est similaire à la clairvoyance, c’est une fonction spirituelle subtile, qui permet d’entendre ce qui ne se dit pas dans l’expression orale organique, souvent bruyante et au verbiage creux et incontinent. C’est aussi ce qui permet à celui qui a su développer cette fonction de clairaudience, d’entendre ce mystérieux et subtil parleur silencieux, qui susurre à l’oreille de chacun d’entre nous des merveilles de justesse et de vérité, mais sur un mode tellement subtil qu’il y faut toute l’acuité particulière d’une méditation profonde pour en percevoir clairement le propos.

Il convient d’ores et déjà de retenir, que si nous possédons en nous chacune de ces fonctions supérieures, elles sont comme les muscles du corps, elles ne se développent qu’à la condition d’être sollicité souvent et façon soutenue.

Il ne suffit pas pour la graine de posséder en elle tout ce qui en fera un arbre, il lui faudra encore et toujours mettre en mouvement les principes et facultés qui feront passer cette contingence à la réalité de son être.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de cabbale : Magie et facultés supérieures

Magie et intuition

Sortir de l’impasse par la Magie


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) a Magie de l’Intuition.

Nous en arrivons à l’Intuition, et parmi nos facultés supérieures, c’est probablement la plus mystérieuse, puisque c’est celle qui nous relie à la grande mémoire cosmique de l’Akasha, celle du grand Tout. L’Intuition fonctionne comme l’intelligence, suivant des degrés. Il n’y a pas des personnes qui en sont dotées et d’autres pas, mais simplement des personnes qui ont su développer plus ou moins cette faculté spirituelle. Nous ne devons pas à la science dogmatique et matérialiste nos plus belles découvertes, mais justement à l’Intuition qui vient éclairer celui qui cherche sans résultats avec son intellect et sa raison, et qui subitement, bien souvent à l’encontre de ce qui fonde la raison du moment, recevra un éclair d’illumination lui montrant la voie qui sortira ses recherches de l’impasse dans laquelle elles se trouvaient. Ceci permet aisément de comprendre que l’Intuition n’utilise pas le langage de la raison et de l’intellect mais un langage plus subtil et plus riche sans lequel la dialectique entre l’Akasha et l’individu ne pourrait se faire.

Mais revenons au degrés de l’Intuition, celui qui n’est pas coutumier de l’exercice corporel, ne peut pas prétendre pouvoir se mesurer avec un athlète de haut niveau pratiquant un entraînement rigoureux et quotidien ; pour les facultés supérieures il en est de même, conformément aux préceptes de la Table d’Emeraude : ce qui est en bas est comme ce qui est en haut... ; ainsi s’il est permis, de façon aléatoire est sporadique, à un individu sans entraînement régulier d’avoir quelques petites intuitions, qui seront toujours en rapport avec son niveau de Connaissance, pour le joueur de notre Jeu de la Cabbale qui s’entraîne régulièrement (quotidiennement pour les athlètes), l’intuition sera une faculté comme une autre, et lui permettra de recevoir de précieuses informations. Informations qu’il veillera à consolider par les mécanismes de la raison, qui, comme le scientifique effectuant des expériences pour valider son hypothèse ou sa théorie, la raison sera alors ici au service de la foi ; foi qui consiste d’abord à croire en la réalité indiscutable de cette faculté supérieure subtile qu’est l’Intuition.

Un physicien mettra en activité ses capacités lorsqu’il sera en présence de théorèmes, de formules ou d’équations mathématiques en rapport avec son domaine, ce langage nourrira ces compétences et stimulera ses appétences. Pour l’Intuition il en est de même, le langage analogique a cette particularité absolument Magique d’activer et de nourrir cette faculté, soit sous forme de textes, mais aussi d’images, de forme et de symboles.

Dans une de ses lettres le Maître Koot Hoomi Lal Singh, traduit ce principe :

Vous ne semblez pas vous faire une idée exacte des effrayantes difficultés qu’il y aurait à communiquer, même les plus simples éléments de notre science, à ceux qui ont été pétris cérébralement dans le moule des méthodes familières à vos sciences à vous, Occidentaux.

Vous ne voyez pas que, plus vous vous croyez instruit dans les unes, moins vous êtes capables de comprendre l’autre.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de cabbale : Science et Magie

Magie des analogues dans le jeu de cabbale

Les pouvoirs de la véritable Magie


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) xemple de la Magie des analogues.

Dans cette lettre, Koot Hoomi Lal Singh poursuit par un exemple qui permettra d’éclairer les joueurs de notre subtil Jeu de la Cabbale :

En effet, un homme ne peut penser que selon la réceptivité de ses catégories et, à moins qu’il n’ait le courage de les remplir et de s’en ouvrir de nouvelles, il doit forcément suivre ses vieux errements.

Permettez-m’en quelques exemples.

En conformité avec vos sciences, vous ne reconnaîtriez qu’une seule énergie cosmique.

Vous ne verriez aucune différence entre la force vitale, dépensée par un voyageur, qui bat les buissons sur son chemin, et le même équivalent dynamique, employé par un savant à mettre un pendule en mouvement.

Nous savons faire cette différence ; nous savons qu’il y a un abîme entre ces deux hommes..

L’un dissipe et gaspille sa force, sans aucun profit, l’autre la concentre et l’emmagasine ; et ici, veuillez bien comprendre que je ne considère nullement l’utilité relative de nos deux hommes, comme on pourrait le supposer.

Je tiens seulement compte de ce fait que, dans le premier cas, il y a simplement émission de force irréfléchie, sans que cette dernière soit volontairement transformée en une forme plus haute d’énergie mentale ; et, dans l’autre cas, c’est justement le contraire qui a lieu.

N’allez pas me prendre cependant pour un nébuleux métaphysicien, car voici l’idée que je désire formuler.

Quand un cerveau travaille d’une manière véritablement scientifique, la conséquence de sa plus haute activité intellectuelle est le développement, l’évocation d’une forme sublimée de l’énergie mentale, et cette dernière peut produire dans l’activité cosmique des résultats illimités..

D’autre part, le cerveau qui, sous l’influence d’une science purement mnémotechnique, ne sait pas créer, et n’agit que d’une manière automatique, ne détient ou n’accumule en lui-même qu’un certain équivalent d’énergie brute, qui est improductive, soit pour l’individu, soit pour l’Humanité.

La cervelle humaine est un générateur de rayonnement, d’où s’irradient des puissances, des potentialités qui, de corrélations en corrélations, plongent jusque dans les cycles des temps à venir.

Voilà la clef du mystère de la propriété qu’a le cerveau humain de projeter et de rendre sensibles, dans le monde visible, les formes que sa puissance créatrice a générées, et fait surgir des éléments du monde invisible.

L’adepte ne crée rien de nouveau, mais il utilise, il met en oeuvre les matériaux que la nature a amassés autour de lui, et qui , pendant des éternités, ont revêtu toutes les formes possibles.

Il n’a qu’à choisir ce qu’il lui faut, et à donner à sa pensée l’existence objective.

Nous avons ici un résumé admirable de cette faculté supérieure qu’est l’Intuition, la lecture du texte ci-dessus faisant appel à la raison la plus orthodoxe, mais contient aussi un puissant langage analogique qui mène celui qui en perçoit les subtilités, bien au-delà du sens signifiant de ce texte, pour atteindre le sens cachant aux amplitudes grandioses.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de cabbale : La réalité incontournable de la Magie

La Magie par l’analogie dans le jeu de cabbale

L’Universel et les principes de la Magie


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) a Magie activée par l’analogie.

La Magie de l’analogie se fait aussi et grâce à l’utilisation de la mémoire. Pas la mémoire organique et périssable, qui ne parvient que péniblement à se souvenir que des aspects anecdotiques d’une chose, mais celle qui inscrit dans la conscience les acquits d’une connaissance éprouvée. Prenons pour exemple un livre, combien de lecteurs pourtant assidus et passionnés par leur lecture, pourraient vous dire ce qu’il contient réellement, seulement 8 à 10 jours après cette lecture ?

Probablement très peu et sous une forme caricaturale...

De même qui pourrait dire de mémoire ce qu’il faisait précisément il y a 18 mois 3 jours et 6 heures ?...

La mémoire organique est fugace parcellaire et continuellement dégradable, alors que la mémoire spirituelle inscrit ses Connaissance dans un patrimoine karmique qui ne fait qu’un avec sa conscience par confondement, ce qui a pour avantage de pouvoir être constamment disponible et utilisable chaque fois que les circonstances nécessitent le recours à cette ou ces expériences vécues.

Cette mémoire spirituelle possède des propriétés magiques comme nous aurons l’occasion de le constater plus loin.

Enfin pour terminer provisoirement avec ces cinq sens spirituels, nous avons l’Imagination qui est ici la faculté de s’ouvrir à tous les champs du possible dans un esprit universel qui seul est compatible avec les Lois de la Divine Création, qui font que rien de ce qui existe ne peut être étranger au Divin Créateur, et que par voie de conséquence : Tout est Vrai !

Tout est Vrai, ne veut pas dire pour autant que Tout soit également universel ; avant de pouvoir espérer approcher la Vérité Absolue, il convient de prendre conscience de l’infinité des vérités relatives, qui sont à l’Absolue ce que la caricature est au modèle. Il y a un vague air de ressemblance, mais certainement pas identité...

La Magie du langage analogique réside donc dans l’activation de l’ensemble de ces cinq facultés spirituelles. Sa première manifestation sera dans la transmutation de l’être égotique, au profit d’une conscience se libérant des servitudes et des dominations des lois de causalité du Destin, qui se manifestent à nous sous formes de désirs, de passions, d’émotions, d’attractions, de convoitises, qui sont autant états qui engendrent notre esclavage.

Une autre manifestation de cette Magie à laquelle permet d’accéder le langage analogique, est celle de la nécessaire pensée juste, car il ne s’agit pas de prendre des vessies pour des lanternes, et ses propres élucubrations délirantes pour des vérités cosmiques, ce à quoi, trop souvent, succombent des esprits simplets, ignorants et paresseux. Si la physique est une science rigoureuse, la Métaphysique l’est encore plus. C’est grâce à cette extrême rigueur, dans la pratique de ses facultés spirituelles que celui qui prie avec une pensée juste reçoit sans délai satisfaction, les autres devront attendre longtemps, très longtemps...

Pour résumer sommairement les propriétés Magiques du langage analogique, sachez qu’il active, chez celui qui fait l’effort de le pratiquer, les facultés spirituelles supérieures.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de cabbale, bon et mauvais joueur

Jeu de la Cabbale et supracosncience

Le jeu de la Cabbale peut être subtil ou grossier


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) n des cinq sens de la Supraconscience, accessible par le Jeu de la Cabbale.

Lorsque l’on aborde le problème du discernement on accède à une des Facultés, non plus spirituelle mais métaphysique, celle de la supraconscience. Supraconscience sur laquelle nous reviendrons car il est pour l’instant trop tôt pour le joueur de notre jeu de la Cabbale de l’aborder ...

Il convient simplement de savoir d’ores et déjà que, si nous avons cinq sens physiques (ceux de l’ego), nous avons cinq sens spirituels (ceux de la conscience) nous avons aussi cinq sens concernant la supraconscience dont le fameux discernement.

Discerner, c’est apercevoir, distinguer, reconnaître, séparer... C’est donc nécessairement hiérarchiser le plus du moins, le haut du bas, le constructif du destructif, le subtil de l’épais, le lumineux de l’obscur, le lourd du Léger, le Bien du Mal. C’est par l’exercice de cette Faculté que nous accédons à la vision du troisième oeil, et la compréhension des Lois de causes à effets. Cette compréhension étant l’affranchissement des chaînes qui entravent notre liberté. Comme le disent si bien les Tables d’Emeraude : « Connaître les Lois c’est être libre »

Prenons l’exemple du Bien et du Mal. que nous pourrions tout aussi bien dénommer le négatif ou le positif , mais une vieille tradition, maintenant multi séculaire, désigne ces forces naturelles sous le vocable Bien ou Mal. et je continuerais donc d’utiliser ces appellations pour les commodités de la communication.

Il est historiquement constant, que ce qui marque le début d’une civilisation, se caractérise par la révélation d’un code de moralité commune, que ce soient les lois de Manou, le code d’Hammourabi, les Lois de Maât ou les Tables de la Loi de Moïse, entre autres ; tous se caractérisent par des règles qui définissent ce qui pour l’ensemble d’une population sera considérer comme le Bien ou le Mal . Et c’est seulement après avoir reçu ce code de moralité, que la civilisation commence réellement à s’épanouir... Plus cette moralité est élevée, pour devenir une véritable ontologie, plus la civilisation qui s’y rattache sera grande et rayonnante... Moins le niveau de cette moralité est élevée, plus la civilisation sera brutale, barbare, tribale, rustique, primaire, bestiale, égotique et matérialiste.

Ici, l’acquis historique, objectivement observable, permet réellement, au travers de la connaissance de discerner une échelle de valeur qui existe entre un code moral élevé et un autre de niveau inférieur, dans ses applications causales. Toutes les grandes civilisations avaient un code moral (notion du Bien et du Mal ) très élevé. Ce code d’une morale commune était enseigné aux jeunes générations dès le plus jeune âge, ne serait-ce que par les traditions et les exemples familiaux. L’avantage de ce code moral de haut niveau vibratoire et de son enseignement précoce résidait dans l’éveil et le développement de cette faculté de la supraconscience qu’est le discernement.

Lorsqu’une civilisation ne fait pas reposer ses bases sur une morale commune élevée, il s’en suit que les générations qu’elle engendre subissent l’atrophie de cette faculté.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de cabbale : différence entre bon et mauvais joueur

Génération dans le jeu de cabbale

Le jeu de la Cabbale peut être subtil ou grossier


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) quelle génération appartenons-nous ?...

Voilà une révélation du Jeu de la Cabbale.

Pour ce qui est de notre civilisation (judéo-islamo-chrétienne), notre code de moralité commune devrait être celui basé sur les Tables de la Loi du Sépher de Mosïse, les fameux dix commandements, et les 7 péchés capitaux, qui reprennent une partie des 12 péchés hermétiques, leur source originelle.

Hélas pour notre civilisation, si l’ontologie des Tables de la Loi su Sépher de Moïse, est une des plus élevées qui soit, sa traduction en 7 péchés capitaux, - sans parler de la Genèse Biblique rédigée par des scribes ignorants et incompétents et qui lui sert de support -, est tellement abâtardie que ce code de morale commune est devenu celui qui sert de base à nos publicitaires qui s’en servent, par le jeu de leurs publicités, pour nous vendre tout ce qui peut satisfaire nos vices...

Ce petit préliminaire permet de comprendre que l’élévation du champ de conscience ne peut se faire sans subir l’épreuve des lois de causes à effets. L’accession au subtil, aux perceptions spirituelles, à l’immatériel, et par voie de conséquence à notre supraconscience, passe nécessairement par la culture et la pratique des vertus... Et cette pratique implique que nous soyons, bien évidemment capable de les distinguer de nos vices... Car nous sommes tous, à égale parité, constitués de vices et de vertus que nous portons totalement en potentialité en nous.

Cette faculté de discernement est couramment brouillée à cause de la multiplicité des évènements et l’infinité des situations que nous rencontrons dans notre quotidien ; ainsi que par l’absence de son développement par un système éducation qui lui-même a perdu depuis longtemps ses propres vertus. Tant et si bien que nombre de personnes finissent par considérer qu’entre le Bien et le Mal il n’y a au bout du compte aucune différence de nature, et qu’un Bien, par le jeu d’une sophistique aiguisée, peut s’interpréter comme un Mal et inversement. Et si comme je le dis dans une de mes petites sentences artisanales : l’excès d’une vertu peut la transformer en vice... Il convient de considérer que l’excès d’un vice n’en change pas sa nature, ce qui permet de comprendre que le subtil pour se maintenir sur le plan vibratoire qui est le sien nécessite une volonté constante de la part de celui qui souhaite s’y maintenir, alors qu’il n’est pas nécessaire de faire d’effort particulier pour sombrer dans l’obscur, le lourd, l’épais, le coagula des alchimistes.

La vertu, implique donc l’effort, l’attention, la volonté individuelle, le courage, l’obstination, l’endurance et surtout la Connaissance qui justifie cette détermination dans la pratique des vertus. C’est donc l’expression d’une souveraineté, celle d’un libre arbitre conscient et nécessairement responsable. A l’inverse le péché, ou le vice, est la négation de cette volonté, de cette liberté, de cette conscience responsable, de cette Connaissance, qualités qui sont indispensables pour que le roi règne sur son royaume.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de cabbale

Discernement dans le jeu de cabbale

Le jeu de la Cabbale peut être subtil ou grossier


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) iscernement : la première condition de la liberté du joueur du jeu de la Cabbale !

Le Divin Créateur, qui n’attend rien de nous, et qui dans un Amour Absolu, nous a voulu LIBRE, n’a pas pu faire autrement que de créer les conditions de cette extrême liberté, en nous offrant tous les champs du possible dans le jardin du Bien et du Mal . Les Lois de causes à effets ne sont là que pour rendre ces champs possibles, et ne sont donc que la démonstration évidente de cette volonté Divine de nous vouloir LIBRE.

Donc, si nous sommes libre, et que nous avons la possibilité de choisir (et un non choix est toujours un choix), cette liberté n’a de raison d’être que si nous sommes capable de faire ces choix en fonction de notre faculté de discernement, faculté qui sera d’autant plus pertinente, qu’elle reposera sur un niveau élevé de Connaissance. Les choix, possibles dans une épicerie, ne seront pas les mêmes que dans hyper marché.

Il n’y a pas d’expériences inutilement négatives, tout est cadeau et celui qui choisit de vivre en barbare inculte sanguinaire et violent, n’aura pas les effets de celui qui choisira de vivre en sage érudit, respectueux par conviction profonde de l’ordre des choses, et par amour partagé, des autres... Les deux sont nécessaires puisqu’ils sont possibles, mais il faudrait manquer singulièrement de discernement, avec les conséquences de cause à effet qui en découlent, pour considérer qu’il n’y en a pas, entre le vice et la vertu, un qui soit supérieur en élévation, par rapport à l’autre.

En dehors de cette grossière caricature, il convient donc de considérer, que malgré l’extrême diversité des situations, tout peut se réduire, dans les faits et dans les pensées soit à un vice, soit à une vertu.

Rendre service à quelqu’un qui en a besoin, et qui le demande, sans lui faire peser, sur la conscience, le poids de la reconnaissance est une vertu. Satisfaire un ego orgueilleux en faisant état du service rendu auprès de tiers, est un vice... Toute charité qui est révélée étant par essence vaniteuse...

Comme exemple c’est moins grossier, mais on est encore loin de la dentelle de soie... La finesse de discernement du Bien et du Mal est donc directement en rapport avec le niveau vibratoire de son propre champs de conscience...Un enfant qui dérobe un jouet à son camarade, n’a pas l’impression de faire mal, son champs de conscience étant encore trop étroit pour percevoir cette subtilité vertueuse. Mais l’adulte qui assiste à la scène sans intervenir pour apprendre à cet enfant les rudiments de la justice, et le respect d’autrui, porte la responsabilité d’un manque de vertu, dont il aura à rendre compte en vertu des Lois de causes à effets.

Et comme il est dit dans les véritables Tables de la Loi du Sépher de Moïse, dont le contenu extraordinairement riche, n’est pas révélé au grand public, avec et grâce au discernement :

Vous-serez tels-que Lui-les-Dieux, connaissant-le-Bien-et-le-Mal.


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du jeu de cabbale : Petit jeu de discernement

Jeu de la Cabbale test

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) ravaux pratiques du jeu de la Cabbale....

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°1.

La sagesse n’est pas un acquis de la naissance, c’est une conquête de l’intelligence et de la conscience éclairée, qui nécessite effort, souffrance et transformation. Mais au fond, pour vous c’est quoi la sagesse ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°2.

Ce sont les fous qui commencent les révolutions ce sont les sages qui les finissent. Dans les révolutions politiques disait Danton, le pouvoir appartient toujours au plus scélérat. Dans les révolutions religieuses ce sont les plus dogmatiques qui entraînent nécessairement les autres. Dans les deux cas ceux qui occupent le pouvoir, le font parce qu’une majorité, pas celle qui est la plus moralement et spirituellement élevée, lui abandonne le libre arbitre des membres qui la composent. Voter n’est-ce pas la principale manifestation d’abandon du libre arbitre ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°3.

Il fut un temps où rêver le futur c’était le peupler de robots à tout faire, de voyages féeriques dans l’espace de confort, de libération, d’hygiène de santé et de paix à tous les étages.

Aujourd’hui que le rêve est en train de tourner au cauchemar, le futur cela revient à rêver à quoi ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°4.

L’Homme-Dieu de la force : c’est celui qui est L’Homme-Dieu de la Justice ; c’est celui qui applique la loi avec une stricte rigueur aveugle.

L’Homme-Dieu de la Tempérance : c’est celui qui ne considère pas la force et la justice comme une fin en soi, ce qui génère la faiblesse et la complaisance coupable.

L’Homme-Dieu de la prudence : c’est celui qui utilisera tout à tour ou simultanément la force, la justice et la tempérance pour se prémunir égotiquement.

Pour vous, qu’est-ce que l’Homme-Dieu ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°5.

Tout le monde s’accorde pour reconnaître l’extrême importance de la sexualité sur le plan de la nature humaine...

Si, suivant l’axiome de la Table d’Emeraude, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, qu’elle peut être la forme de sexualité, purement spirituelle, qui se pratique dans la sphère métaphysique ?...

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°6.

En changeant de pensées, on change inévitablement la nature de notre entité intellectuelle, et, par voie de conséquence celle spirituelle ; pourtant malgré ces changements, il y a toujours quelque chose en nous qui conserve à ces entités, une identité commune et constante...

C’est quoi en réalité cette identité qui fait que nous nous reconnaissons aussi bien dans l’enfant que nous avons été, ainsi que dans l’adulte que nous sommes devenu ?...

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°7.

Le problème d’une pensée subtile, c’est qu’elle paraît de prime insignifiante, ou tellement évidente que souvent elle donne l’impression d’être d’une simplicité infantile et candide, qui ne mérite même pas notre attention...

Alors, comment faites-vous pour identifier une pensée subtile, d’une qui ne l’est pas ?...

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°8.

S’il est indéniable, que sur le plan organique, il y a phénomène d’hérédité, ce qui suppose des liens de causalité dans la parentèle, au nom des principes de correspondances analogiques, peut-on parler d’hérédité spirituelle ?...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de cabbale : Petit jeu de discernement

Jeu de Cabbale et travaux pratiques

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) ravaux pratiques du jeu de la Cabbale.

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°9.

L’érudition peut-elle être la seule voie qui ouvre vers le très haut, sinon qu’elles sont les autres ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°10.

La perception d’une immortalité, inhérente aux facultés de la nature humaine, nous fait supposer un au-delà.

Mais qu’est-ce donc cet au-delà ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°11.

Passer autant de temps, et consacrer autant d’énergie vitale à satisfaire nos besoins organiques, (Boire, manger, éliminer, dormir, se reproduire) au détriment de nos besoins spirituels, n’est-ce pas la plus formidable forme de gaspillage ?...

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°12.

L’adage populaire déclare que la vérité sort de la bouche des enfants... N’est-ce pas là, avoir une conception rustique et imbécile de la vérité ?...

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°13.

La Connaissance acquise qui ne se traduit pas en action, est-elle autre chose qu’une bonne graine en mauvaise terre ?...

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°14.

Deux pensées de nature opposées peuvent se détruire, mais peuvent-elles se féconder ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°15.

Pourquoi êtes-vous comme vous êtes ? Est-ce qu’en réalité, si vous êtes perfectible, vous ne devriez pas être nettement différent ?

Et si vous n’êtes pas différent, n’est-ce pas parce que vous avez perdu déjà beaucoup de temps, dans votre Faculté à devenir autre chose ?

Mais en fait, souhaitez vous réellement être différent de ce que vous êtes ?

Et si ce n’est pas le cas, vous admettez donc ne pas vouloir être différent ?

Ou ce que vous êtes est-il conforme à ce que vous souhaitiez devenir, et donc que vous n’aspirez plus à devenir autre chose ?

Alors, pourquoi êtes-vous comme vous êtes ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°16.

L’ingratitude est une injustice, reconnaître une injustice c’est se mettre sur la voie de la justice. Depuis quand n’avez-vous admis avoir fait preuve d’ingratitude ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°17.

Pourquoi agissez vous comme vous le faites ? Est-ce délibérément, par routine inconsciente ou sous de fausses excuses ?

Est-ce que vos agissements sont conformes à ce que vous êtes ?

Si, oui les considérez-vous comme les meilleurs ? Sinon, pourquoi agissez vous comme vous le faites ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°18.

A partir de quelle limite, la miséricorde pour vous devient-elle un péché ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°19.

En pourcentage, combien de temps consacrez vous à votre ego ( satisfaire les besoins organiques de l’individu) et combien de temps à votre âme-de-vie ( lui apporter des nourritures spirituelles nécessaires à sa croissance) ?

Pensez-vous que la répartition ente le mortel et l’immortel est équitable ?

Livre 3 du jeu de Cabbale :Question N°20.

L’infini peut-il agir sur le fini ? Pour agir sur le fini n’est-il pas dans l’obligation de se donner des limites ?...

Que devient cet infini qui se limite dans l’action ?...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.



Livre 3 du Jeu de cabbale :Questions

Jeu de Cabbale, Questions

© 2006 C. Le Moal votre guide du Jeu


L’Académie d’Hermès


Jeu de l’oie, jeu de la Mère l’Oie, de l’amère loi, une case différente à chaque page, cliquez !


(JPG) ravaux pratiques du jeu de la Cabbale....

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°21

Les hiérarchies s’établissent toujours suivant les polarités du + et du -, ainsi dans l’ordre de la Divine Création, les hiérarchies sont nécessairement ce qui s’étage entre ce qui est plus près de la lumière Divine, et ce qui en est le plus loin...

Entre ces deux extrêmes vous discernez quoi comme hiérarchies ?...

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°22

Et si le soleil était l’astre le plus peuplé du système solaire ?...

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°23

La vérité, la vérité, si l’on excepte l’Absolue qui n’est pas accessible à l’humaine nature, reste la relative que d’aucuns prennent pour une illusion, une chimère.

Mais alors dans cette hypothèse le mensonge aussi est de même nature...

Pourtant, pourtant, qui pourrait dire qu’il soit possible de vivre au quotidien sans cette notion de vérité, et de son revers le mensonge ?... Alors pour vous, comment vous appréhendez cette vérité dans vos perceptions, et les manifestations que vous en faites ?.

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°24

La Prudence, vertu cardinale, tout le monde en parle, mais qui pourrait dire ou elle se situe vraiment entre sa manifestation habile qui n’est que ruse et malice de l’ego, ou la stupide mollesse et paresse ?...

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°25

Quelle différence peut-il y avoir entre celui qui prétend vaniteuse savoir ce qu’il ne sait pas, et celui qui nie savoir ce qu’il sait ?

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°26

La loi, pas la juste et immuable de la Divine création, non l’autre sa déclinaison humaine dont elle se voudrait la germination terrestre, peut-elle être juste sans paraître injuste à ceux qu’elle contraint ?...

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°27

L’ignorance se caractérise par la hautaine certitude péremptoirement affirmer sans satisfaire à la moindre démonstration de concordance avec les réalités... Mais il y a encore beaucoup d’autres manifestations de l’ignorance, pourriez-vous en citer ?...

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°28

La première des vertus cardinales est la Force ? Pas la force aveugle, grossière et brutale de la bête irraisonnée, mais la force qui en soi permet de dominer les démons, les tentations, les désirs qui tentent de nous déposséder de notre souveraineté, en nous faisant sombrer dans la faiblesse aliénante d’un ego possessif en diable. Cette force est donc la condition première de la maîtrise de notre libre arbitre, elle doit donc devenir une pratique permanente de l’accession à nos capacités supérieures, un peu comme un entraînement sportif...

Comment pratiquez-vous au quotidien cet exercice ?

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°29

Le bien dans sa manifestation, et le sens le plus élevé des responsabilités, - qui consiste toujours à être responsable d’autrui -, peut-il utiliser sans se corrompre le mal, pour vaincre un mal en état de domination et de nuisance envers les plus faibles ?

Livre 3 du Jeu de cabbale : Question N°30

Je subodore aisément que chacun d’entre nous n’a aucune difficulté de concevoir qu’il a en lui un aspect immortel qui nécessairement survivra après l’incarnation terrestre...

Si nous admettons, que pendant cette incarnation, nous devons accéder à notre divinité humaine par l’exercice maîtrisé du libre arbitre, il me paraît évident que ce libre arbitre continuera après, à constituer l’essence de notre êtreté.

Donc, la question qui se pose à chacun d’entre vous est : Que souhaitez-vous faire (ou être) après cette incarnation ?

P.S. Les pions peuvent passer leur tour...

SUITE des chroniques du jeu de CABBALE, LIVRE IV...


Maintenant le deuxième tome du livre de la Cabbale source : la Véritable Histoire d’Adam et Ève enfin dévoilée, deux fois plus riche que le premier, est offert en téléchargement GRATUIT.




le tarot du sepher de moise


retour à la rubrique : chroniques du Jeu de la Cabbale
telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit