Cabbale.org
 

Fabre d’Olivet sa vie

Fabre d'Olivet Biographie par sédir : le feuilletonniste

Fabre d’Olivet son histoire


Notice Biographique d’Antoine Fabre d’Olivet par Sédir, suite V.

Apprécier Fabre d’Olivet est une tâche redoutable. Le Dictionnaire de Bouillet se signale à ce propos par sa révoltante partialité ; le feuilletonniste du Soleil (16 juillet 1888), quoique moins injuste, le signale comme précurseur du romantisme et de Ballanche, mais l’indique à tort comme mystique, comme apocalyptique, comme imitateur de Byron, comme partisan d’une démocratie royale ( !). Les deux critiques les plus autorisés de cet auteur sont Papus, dans une brochure devenue introuvable, intitulée Fabre d’Olivet et Saint-Yves d’Alveydre (Paris, 1888 in-8) et Saint-Yves lui-même dans sa France Vraie (pro domo). En outre, F. Boisquet a publié en 1825 trois articles critiques fort bien faits sur l’Etat social de l’homme, et en 1894, feu M. Martin donna à Ganges une conférence sur son illustre concitoyen ; son fils, M. L. Martin, a bien voulu nous en communiquer la copie ; nous le prions d’accepter ici tous nos remerciements. On l’estime surtout, dans son pays, comme un des meilleurs précurseurs du Félibrige.

Saint-Yves raconte comment il fit, à Jersey, la connaissance de la grand-mère d’un de ses amis, le poète mort en 1856 en exil, Adolphe Pelleport. Cette vénérable personne, nommée Virginie Faure, avait été la compagne des dernières années de Fabre d’Olivet. Elle lui communiqua les oeuvres du grand initié.

Je les lisais à haute voix, dit-il, au bruit de l’Océan tourmenté par les vents. La soirée s’achevait trop vite, et j’avais hâte de voir arriver celle du lendemain, pour lire encore, pour entendre toujours l’histoire secrète de ce grand homme, sa recherche des mystères, le culte polythéiste qu’il avait rétabli, sa mort étrange, ses manuscrits brûlés par la haine intolérante, ses derniers voeux.

Reprenant Pelloutier, Court de Gébelin, Bailly, Dupuis, Boulanger, d’Herbelot, Anquetil-Duperron, les exégètes, les philosophes, William Jones et ses collaborateurs de Calcutta, les Pères de l’Église, les alchimistes, Boehme, Swedenborg, Saint-Martin et bien d’autres occultistes, il les résume et leur donne une conclusion théosophique, ni chrétienne, ni positiviste, mais bien nettement pythagoricienne et polythéiste.

Après avoir posé les fondements de sa morale et les règles de son instrument de recherches, la linguistique, d’Olivet passe, après cette synthèse ou plutôt cette universalité métaphysique et polythéiste, pleine de la notion de l’infini, mais veuve de celle de l’absolu, à son application à l’histoire universelle. Il en résulte deux volumes sous le titre d’Histoire philosophique du genre humain.

Selon son admirable méthode habituelle, l’auteur commence par rétablir la position des principes en ontologie et en anthropologie, cette fois. Il en tire une anatomie métaphysique de l’homme individuel aussi ingénieuse que plausible.

La gamme successive des instincts, des passions, des facultés est ensuite montée en double mode dans les deux sexes primitifs et se poursuit à travers l’histoire depuis l’état sauvage jusqu’à la barbarie, depuis les civilisations originelles jusqu’à la nôtre.


Forums sur : Fabre d'Olivet Biographie par sédir : le feuilletonniste


le tarot du sepher de moise


telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit