Cabbale.org
 

Lettre de Koot’ Hoomi Lal Singh.

Koot Hoomi Lal Singh Q/R V : Très certainement ces conditions...

Koot’ Hoomi Lal Singh lettre à A.P. Sinnett


Réponse 8, de Koot’ Hoomi Lal Singh.

Q.8) Les conditions magnétiques ont-elles quelque chose à voir avec la précipitation de la pluie, ou celle-ci est-elle entièrement due aux courants atmosphériques de différentes températures rencontrant d’autres courants inégalement humides, cet ensemble de mouvements s’établissant par pressions, expansions, etc... causées en premier lieu par l’énergie solaire ? Si des conditions magnétiques sont en jeu, comment opèrent-elles et comment pourraient-elles être analysées ?

R.8) Très certainement, ces conditions ont quelque chose à y voir. La pluie peut être produite artificiellement dans une petite région de l’espace et sans aucune prétention au miracle ou à des pouvoirs surhumains, quoique le secret ne soit pas ma propriété et que je ne puisse le divulguer. Je sollicite maintenant la permission de le faire. Nous ne connaissons dans la nature aucun phénomène qui soit entièrement sans rapport avec l’électricité ou le magnétisme, puisque là où il y a mouvement, chaleur, frottement, lumière, le magnétisme et son alter ego (suivant notre humble opinion), l’électricité apparaîtront toujours, soit comme cause, soit comme effet, ou plutôt comme les deux si seulement nous approfondissons la manifestation jusqu’à son origine. Tous les phénomènes des courants et du magnétisme terrestres et ceux de l’électricité atmosphérique sont dus au fait que la terre est un conducteur électrifié, dont le potentiel change sans cesse à cause de sa rotation, de son mouvement orbital annuel, du refroidissement et de l’échauffement alternatifs de l’air, de la formation des nuages et de la pluie, des orages et des vents, etc... Cela, vous pourrez, peut-être, le trouver dans un manuel. Mais, en ce cas, la Science se refuserait à admettre que tous ces changements sont dus au magnétisme akasique générant incessamment des courants électriques qui tendent à rétablir l’équilibre rompu. En dirigeant la plus puissante des batteries électriques (la forme humaine électrifiée par un certain procédé) vous pouvez arrêter la pluie en un point donné en faisant "un trou dans le nuage de pluie" comme disent les occultistes. En employant d’autres instruments fortement magnétisés sur une aire pour ainsi dire isolée, il est possible de produire artificiellement de la pluie. Je regrette de ne pouvoir vous expliquer plus clairement le procédé. Vous connaissez les effets produits par les arbres et les plantes sur les nuages de pluie, et comment leur nature fortement magnétique attire et même nourrit ces nuages au-dessus de la cime des arbres. La Science l’explique autrement peut-être. Je n’y puis rien, car telle est notre connaissance et tels sont les fruits de millénaires d’observations et d’expériences.

Si la présente lettre tombait entre les mains de Hume, il dirait sûrement que je légitime l’accusation portée publiquement par lui contre nous : "Quand ils sont incapables de répondre à vos arguments ( ?) ils (nous) répliquent tranquillement que leurs (nos) règles ne permettent pas ceci ou cela". Malgré l’accusation, je suis obligé de répondre que le secret ne m’appartenant pas, je ne puis en faire un article de vente courante. Que certains physiciens calculent la quantité de chaleur requise pour vaporiser une quantité donnée d’eau. Ensuite qu’ils évaluent la quantité de pluie nécessaire pour couvrir une surface mettons d’un mille carré avec une profondeur d’un pouce. Pour obtenir cette vaporisation, il leur faudra, naturellement, une quantité de chaleur qui serait équivalente au moins à cinq millions de tonnes de charbon. Or la quantité d’énergie dont cette consommation de chaleur serait l’équivalent correspond (comme tout mathématicien pourrait vous le dire) à celle qu’il faudrait pour élever un poids de plus de dix millions de tonnes à un mille de hauteur. Comment un homme peut-il générer une telle quantité de chaleur et d’énergie ? Ridicule, absurde ! Nous sommes tous fous et vous, qui nous écoutez, serez rangé dans la même catégorie si jamais vous vous aventurez à répéter cette affirmation. Cependant je dis qu’un homme seul peut le faire et très facilement, si seulement il connaît la présence en lui d’un certain levier "physico-spirituel" bien plus puissant que celui d’Archimède.

Même la plus simple contraction musculaire est toujours accompagnée de phénomènes électriques et magnétiques et il existe un lien des plus forts entre le magnétisme terrestre, les changements de temps et l’homme qui est le meilleur baromètre vivant, pour peu qu’il sache en déchiffrer convenablement les indications. D’autre part, on peut toujours connaître l’état du ciel par les variations que montrent les instruments magnétiques. Il y a plusieurs années que je n’ai pas eu l’occasion de lire les déductions de la Science à ce sujet. Par conséquent, à moins que je ne prenne la peine de mettre mes connaissances à jour, j’ignore les plus récentes conclusions de la science. Mais pour nous, c’est un fait établi que c’est le magnétisme de la terre qui produit le vent, les orages et la pluie. Ce que la science semble en connaître ne sont que les symptômes secondaires toujours déterminés par ce magnétisme, et il se peut qu’elle s’aperçoive très prochainement de ses présentes erreurs. L’attraction magnétique exercée par la terre sur la poussière météorique et l’influence directe de celle-ci sur les brusques changements de température, spécialement en ce qui concerne la chaleur et le froid, n’est pas, je crois, encore aujourd’hui, une question tranchée. On mettait en doute que le fait du passage de la terre dans une région de l’espace où il y a plus ou moins de masses météoriques puisse avoir une influence quelconque sur la hauteur de notre atmosphère, l’augmentant ou la diminuant, ou même sur l’état du temps.

Nous pensons cependant que nous pouvons aisément le prouver ; et puisqu’on admet le fait que la proportion relative d’eau et de terre et leur répartition sur notre globe peuvent être dues à la grande accumulation sur lui de poussière météorique, la neige (surtout dans nos régions septentrionales) étant pleine de fer météorique et de particules magnétiques et des dépôts de ces derniers étant trouvés même au fond des mers et des océans, je m’étonne que la Science n’ait pas encore compris que tout changement et trouble atmosphérique est dû au magnétisme combiné des deux grandes masses entre lesquelles notre atmosphère est comprimée ! J’appelle cette poussière météorique une "masse", car c’en est une en réalité. A une grande hauteur au-dessus de la surface de notre terre, l’air est imprégné et l’espace rempli d’une poussière magnétique ou météorique qui n’appartient même pas à notre système solaire. La Science ayant par bonheur découvert que notre terre, dans sa course à travers l’espace en compagnie de toutes les autres planètes, reçoit une plus grande proportion de cette matière poussiéreuse sur son hémisphère boréal que sur son hémisphère austral, sait qu’à cela est dû le nombre plus important de continents et la plus grande abondance de neige et d’humidité dans le premier de ces hémisphères. Des millions de tels météores et même de particules des plus fines nous atteignent annuellement et journellement et tous les couteaux de nos temples sont faits avec ce fer "céleste" qui nous arrive sans avoir subi aucun changement, le magnétisme terrestre en maintenant la cohésion.

De la matière gazeuse est continuellement ajoutée à notre atmosphère par la chute incessante de matière météorique fortement magnétique et cependant pour les savants il ne semble pas encore certain que les conditions magnétiques aient, oui ou non, un rapport quelconque avec la précipitation de la pluie ! Je ne connais aucun "ensemble de mouvements s’établissant par pressions, expansions, etc., dus en premier lieu à l’énergie solaire". La Science fait à la fois trop et trop peu de cas de l’ "énergie solaire", et même du soleil lui-même. Et le soleil n’a rien à faire avec la pluie et très peu avec la chaleur. J’avais l’impression que la Science savait que les périodes glaciaires, aussi bien que les périodes où la température est "semblable à celle de l’âge carbonifère", sont dues à la diminution et à l’augmentation, ou plutôt à l’expansion de notre atmosphère, expansion due elle-même à la même présence météorique. En tout cas, nous savons tous que la chaleur que la terre reçoit par radiation du soleil est tout au plus le tiers, sinon moins, de la quantité reçue directement par elle des météores.


Forums sur : Koot Hoomi Lal Singh Q/R V : Très certainement ces conditions...


le tarot du sepher de moise


telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit