Cabbale.org
 

Filiation entre Cabbale et Hermétisme

L'Égypte et le Livre de la Cabbale originelle.

La Cabbale originelle est Hermétique


Le Grand OEuvre d’Hermès


Fabre d’Olivet, concernant le livre de Moïse continue ainsi :

Voyons maintenant quel est l’état des choses. J’ai dit que je regardais l’idiome hébraïque renfermé dans le Sépher comme une branche transplantée de la langue des Égyptiens. C’est une assertion dont je ne puis en ce moment donner les preuves historiques, parce qu’elles m’engageraient dans des détails trop étrangers à mon sujet ; mais il me semble que le simple bon sens doit suffire ici : car, de quelque manière que les Hébreux soient entrés en Égypte, de quelque manière qu’ils en soient sortis, on ne peut nier qu’ils n’y aient fait un fort long séjour. Quand ce séjour ne serait que de quatre à cinq siècles, comme tout porte à le croire ; je demande de bonne foi, si une peuplade grossière, privée de toute littérature, sans institutions civiles ou religieuses qui la liassent, n’a pas dû prendre la langue du pays où elle vivait ; elle qui, transportée à Babylone, seulement pendant soixante-dix ans, et tandis qu’elle formait un corps de nation, régie par des lois particulières, soumise à un culte exclusif, n’a pu conserver sa langue maternelle, et l’a troquée pour le syriaque araméen, espèce de dialecte chaldaïque ; car l’on sait assez que l’hébreu, perdu dès cette époque, cessa d’être la langue vulgaire des Juifs.

Je crois donc qu’on ne peut, sans fermer volontairement les yeux à l’évidence, rejeter une assertion aussi naturelle, et me refuser d’admettre que les Hébreux sortant d’Égypte après un séjour de plus de quatre cents ans, en emportèrent la langue. Je ne prétends pas détruire par là ce qu’ont avancé Bochart, Grotius, Huet, Leclerc, et les autres érudits modernes, touchant l’identité radicale qu’ils ont admise avec raison, entre l’hébreu et le phénicien ; car je sais que ce dernier dialecte, porté en Égypte par les rois pasteurs, s’y était identifié avec l’antique égyptien, longtemps avant l’arrivée des Hébreux sur le bord du Nil.

Ainsi donc l’idiome hébraïque devait avoir des rapports très étroits avec le dialecte phénicien, le chaldaïque, l’arabe, et tous ceux sortis, d’une même souche ; mais longtemps cultivé en Égypte, il y avait acquis des développements intellectuels qui, avant la dégénérescence dont j’ai parlé, en faisaient une langue morale tout à fait différente du chananéen vulgaire. Est-il besoin de dire ici à quel point de perfection était arrivée l’Égypte ?

...L’Égypte gardienne de la Sapience et du Livre sacré.

Qui de mes Lecteurs ne connaît les éloges pompeux que lui donne Bossuet, quand sortant un moment de sa partialité théologique, il dit que les plus nobles travaux et le plus bel art de cette contrée consistait à former les hommes ; que la Grèce en était si persuadée, que ses plus grands hommes, un Homère, un Pythagore, un Platon, Lycurgue même, et Solon, ces deux grands législateurs, et les autres qu’il se dispense de nommer, y allèrent apprendre la sagesse. Or, Moyse n’avait-il pas été instruit dans toutes les sciences des Égyptiens ? N’avait-il point, comme l’insinue l’historien des Actes des Apôtres, commencé par là à être puissant en paroles et en oeuvres ? Pensez-vous que la différence serait très grande, si les livres sacrés des Égyptiens, ayant surnagé sur les débris de leur empire, vous permettaient d’en faire la comparaison avec ceux de Moyse ? Simplicius qui, jusqu’à un certain point, avait été à même de la faire, cette comparaison, y trouvait tant de conformité, qu’il en concluait que le prophète des Hébreux avait marché sur les traces de l’antique Taôth.

Quelques savants modernes, après avoir examiné le Sépher dans des traductions incorrectes, ou dans un texte qu’ils étaient inhabiles à comprendre, frappés de quelques répétitions, et croyant voir, dans des nombres pris à la lettre, des anachronismes palpables, ont imaginé, tantôt que Moyse n’avait point existé, tantôt qu’il avait travaillé sur des mémoires épars, dont lui-même ou ses secrétaires avaient maladroitement recousu les lambeaux. On a dit aussi qu’Homère était un être fantastique ; comme si l’existence de l’Iliade et de l’Odyssée, ces chefs-d’oeuvre de la poésie, n’attestaient pas l’existence de leur auteur ? Il faut être bien peu poète, et savoir bien mal ce que c’est que l’ordonnance et le plan d’une oeuvre épique, pour penser qu’une troupe de rapsodes se succédant les uns aux autres, puisse jamais arriver à l’unité majestueuse de l’Iliade. Il faut avoir une idée bien fausse de l’homme et de ses conceptions, pour se persuader qu’un livre comme le Sépher, le King, le Veda, puisse se supposer, s’élever par supercherie, au rang d’Écriture divine, et se compiler avec la même distraction que certains auteurs apportent à leurs libelles indigestes.


Forums sur : L'Égypte et le Livre de la Cabbale originelle.


le tarot du sepher de moise


Copie autorisée et même conseillée, à condition de mentionner la source :
http://www.cabbale.org/L-Egypte-et-le-Livre-de-la-Cabbale.html
retour à la rubrique : La Cabbale universelle
telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit