Cabbale.org
 

Le renard dans le jeu de cabbale

Le livre du renard et du chacal

Le livre des fables hermétiques d’Eliphas Lévi


(JPG) ivre IV, FABLE XXI, dEliphas lévi.

LE RENARD ET LE CHACAL.

Un renard rencontre un chacal
Qui lui dit : - Bonjour, mon compère.

-  Moi, dit l’autre, vil animal,
Je ne suis ton parent, ton ami, ni ton frère !

-  Va, reprend le chacal, soit moins fier, les larrons
Sont égaux devant la potence.
Nous différons un peu de poil et de naissance ;
Mais pour vivre, tous deux enfin nous dévorons.
Autour des poulaillers tu cherches des victimes ;
Tes festins sont autant de crimes...

-  Peut-être, interrompit le renard ; mais, crois-moi,
Ne me compare pas à toi.
Je croque les poulets et même les colombes,
Je suis sans pitié, sans remord ;
Mais je ne fouille pas les tombes
Et je n’outrage point les morts !
N’effeuillez jamais les couronnes,
Disait Pythagore autrefois.
Voulait-il protéger les trônes,
Parlait-il du bandeau des rois ?
Non, mais des couronnes de gloire,
Des lauriers du Parnasse et de ceux de l’histoire,
Des grands noms consacrés par de nobles regrets.
Or, il ne pensait pas qu’il fût un coeur sauvage
Assez maudit pour faire outrage
A la couronne de cyprès.
Notre siècle a moins de scrupules :
Les nains vont au tombeau souffleter les hercules ;
On déchire Musset, on siffle Béranger !
Puisque pareille chose arrive,
Qu’y faire ? Il faut que chacun vive,
Et les chacals peut-être ont besoin de manger.

Livre IV, FABLE XXII, d’Eliphas Lévi.

LES SINGES ET LA GUENON.

Jadis des singes fort coquets
Et déguisés en freluquets,
Parmi les hommes se mêlèrent,
Et tant aux hommes ressemblèrent,
Que bientôt, pour les discerner,
On ne savait qu’imaginer.
Enfin, pour sauver les familles
Et préserver les jeunes filles,
Sur un théâtre de renom
On fit paraître une guenon.
Aussitôt singes l’applaudirent,
Tous au spectacle se rendirent,
Binocles sur les nez camards
S’adaptèrent de toutes parts.
Voyez ses pieds, voyez sa danse,
Ses grimaces, son impudence ;
Voyez tout ce qu’elle fait voir !
On la couronnait chaque soir.
Ainsi, malgré chapeaux et linge,
Se révéla le peuple singe.
Rigolboche, c’était le nom
De la bienheureuse guenon,
Eut chevaux, parures, domaines,
Tout, excepté figure humaine ;
Et longtemps elle rendit fous
Ses bons amis les sapajous.
Grands défenseurs de la morale,
Ne criez jamais au scandale.
Devant certains succès du jour,
Souffrez la danseuse qui brille :
C’est une guenon qui sautille,
Et les singes lui font la cour.


Livre IV, SYMBOLES XXI ET XXII.

LE RENARD ET LE CHACAL. - LES SINGES ET LA GUENON.

Il est des hommes qui jettent l’injure sur les tombes illustres et des couronnes aux pieds des plus ignobles courtisanes ; des hommes qui briseraient volontiers les statuts des pères de la patrie et qui élèvent l’impureté sur le pavois. Ne leur disons rien et laissons-les passer. Le règne de la bête doit avoir son temps.


Forums sur : Le livre du renard et du chacal


le tarot du sepher de moise


retour à la rubrique : Fables et symboles
telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit