Cabbale.org
 

Fabre d’Olivet la langue hébraïque restituée

Livre de Fabre d'Olivet : l'étude du Zend

A l’origine la parole par Fabre d’Olivet


Sur l’origine de la Parole, et sur l’étude des Langues qui peuvent y conduire, suite 7.

Mais sans m’engager plus avant dans cette digression, je crois en avoir dit assez pour faire entendre que l’étude du Zend ne peut être du même intérêt, ni produire les même fruits que celle du chinois, du sanscrit et de l’hébreu, puisqu’il n’est qu’un dialecte du sanscrit, et qu’il n’offre que quelques fragments de littérature sacrée, traduits d’une langue inconnue plus ancienne que lui. Il suffit de le faire entrer comme une sorte de supplément dans la recherche de l’origine de la Parole, en le considérant comme le lien qui réunit le sanscrit à l’hébreu.

Il en est de même de l’idiome scandinave, et des poésies runiques conservées dans l’Edda. Ces vénérables débris de la littérature sacrée des Celtes, nos aïeux, doivent être regardés comme un moyen de réunion entre les langues de l’antique Asie, et celle de l’Europe moderne. Ils ne sont point à dédaigner comme étude auxiliaire, d’autant plus qu’ils sont tout ce qui nous reste d’authentique touchant le culte des anciens Druides, et que les autres dialectes celtiques, tels que le Basque, le Breton armorique, le Breton wallique, ou cumraig, ne possédant rien d’écrit, ne peuvent mériter aucune espèce de confiance dans l’objet important qui nous occupe.

Mais revenons aux trois langues dont je recommande l’étude : le chinois, le sanscrit et l’hébreu : jetons un moment les yeux sur elles, et sans nous inquiéter, pour l’heure, de leurs formes grammaticales, pénétrons dans leur génie, et voyons en quoi il diffère principalement. La Langue chinoise est de toutes les langues actuellement vivantes sur la surface de la terre, la plus ancienne ; celle dont les éléments sont les plus simples et les plus homogènes. Née au milieu de quelques hommes grossiers séparés des autres hommes par l’effet d’une catastrophe physique arrivée au globe, elle s’est renfermée d’abord dans les plus étroites limites, ne jetant que des racines rares et matérielles, et ne s’élevant pas au-dessus des plus simples perceptions des sens. Toute physique dans son origine, elle ne rappelait à la mémoire que des objets physiques : environ deux cents mots composaient tout son lexique ; et ces mots, réduits encore à la signification la plus restreinte, s’attachaient tous à des idées locales et particulières. La Nature, en l’isolant ainsi de toutes les langues, la défendit longtemps contre le mélange ; et lorsque les hommes qui la parlaient, s’étant multipliés, purent se répandre au loin et se rapprocher des autres hommes, l’art vint à son secours et la couvrit d’un rempart impénétrable. J’entends par ce rempart les caractères symboliques dont une tradition sacrée rapporte l’origine à Fo-hi. Ce saint homme, dit cette tradition, ayant examiné le ciel et la terre, et recherché la nature des choses mitoyennes, traça les huit Koua, dont les diverses combinaisons suffirent pour exprimer toutes les idées alors développées dans l’intelligence du peuple. Agi moyen de cette invention il fit cesser l’usage des noeuds dans les cordes qui avait eu lieu jusqu’alors.


Forums sur : Livre de Fabre d'Olivet : l'étude du Zend


le tarot du sepher de moise


telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit