Cabbale.org
 

Fabre d’Olivet la langue hébraïque restituée

Livre de Fabre d'Olivet : le peuple chinois

A l’origine la parole par Fabre d’Olivet


Sur l’origine de la Parole, et sur l’étude des Langues qui peuvent y conduire, suite 8.

(Cette tradition est tirée de la grande histoire Tsée-tchi-Kien-Kang-Mou, que l’empereur Kang-hi fit traduire en tatare, et décora d’une préface.)

Cependant à mesure que le peuple chinois s’étendit, à mesure que son intelligence fit des progrès, et s’enrichit de nouvelles idées, sa langue suivit ces divers développements. Le nombre de ses mots, fixés par les Koua symboliques, ne pouvant pas être augmenté, l’accent les modifia. De particuliers qu’ils étaient, ils devinrent génériques ; du rang de noms, ils s’élevèrent à celui de verbes ; la substance fut distinguée de l’esprit. Alors on sentit la nécessité d’inventer de nouveaux caractères, symboliques, qui en se réunissant facilement les uns avec les autres, pussent suivre l’essor de la pensée, et se prêter à tous les mouvements de l’imagination. Ce pas fait, rien n’arrêta plus la, marche de cet idiome indigène, qui, sans jamais varier ses éléments, sans admettre rien d’étranger dans sa forme, a suffi, pendant une suite incalculable de siècles aux besoins d’une nation immense ; lui a donné des livres sacrés qu’aucune révolution’ n’a pu détruire, et s’est enrichi de tout ce que le Génie métaphysique et moral peut enfanter de plus profond, de plus brillant et de plus pur.

Telle est cette langue qui, défendue par ses formes symboliques, inaccessible à tous les idiomes voisins, les a vus expirer autour d’elle, de la même manière qu’un arbre vigoureux voit se dessécher à ses pieds une foule de plantes frêles que son ombre dérobe à la chaleur fécondante du jour.

Le sanscrit n’est point originaire de l’Inde. S’il m’est permis d’exposer ma pensée, sans m’engager à la prouver, car ce ne serait ici ni le temps, ni le lieu ; je crois qu’un peuple de beaucoup antérieur aux Hindous, habitant une autre partie de la terre, vint dans des temps très reculés s’établir dans le Bharat-Wersh, aujourd’hui l’Indostan, et y porta un idiome célèbre appelé Bali ou Pali, dont on rencontre des vestiges considérables à Singala, capitale de l’île de Ceilan, aux royaumes de Siam, de Pegu, et dans tout ce que l’on appelle l’empire des Burmans. Partout cette langue est considérée comme sacrée. W. Jones qui a pensé comme moi, relativement à l’origine exotique du sanscrit, sans pourtant lui donner la langue balic pour souche primitive, montre que le pur hindi, originaire de la Tatarie, jargon informe à l’époque de cette colonisation, a reçu d’une langue étrangère quelconque, ses formes grammaticales et se trouvant dans une situation Cette vérité ne plaira pas aux gens passionnés pour ou contre, je le sens bien ; mais ce n’est pas ma faute si la vérité flatte si rarement les passions.


Forums sur : Livre de Fabre d'Olivet : le peuple chinois


le tarot du sepher de moise


telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit