Cabbale.org
 

Fabre d’Olivet la langue hébraïque restituée

Livre de Fabre d'Olivet : sortie d'Égypte

L’Egypte terre du Sépher de Moïse


Langue hébraïque ; authenticité du Sépher de Moyse ; vicissitudes que ce livre a éprouvées, suite VIII.

Mais enfin, après quatre siècles de désastres, un jour plus doux semble luire sur Israël. Le sceptre théocratique est partagé ; les Hébreux se donnent un roi, et leur empire, quoique resserré par de puissants voisins, ne reste pas sans éclat. Ici un nouvel écueil se montre. La prospérité va faire ce que n’ont pu les plus effroyables revers. La mollesse, assise sur le trône, s’insinue jusque dans les derniers rangs du peuple. Quelques froides chroniques, quelques allégories mal comprises, des chants de vengeance et d’orgueil, des chansons de volupté, décorés des noms de Josué, de Ruth, de Samuel, de David, de Salomon, usurpent la place du Sépher. Moyse est négligé ; ses lois sont méconnues. Les dépositaires de ses secrets, investis par le luxe, en proie à toutes les tentations de l’avarice, vont oublier leurs serments. La Providence lève le bras sur ce peuple indocile, le frappe au moment où il s’y attendait le moins. Il s’agite dans des convulsions intestines ; il se déchire. Dix tribus se séparent et gardent le nom d’Israël. Les deux autres tribus prennent le nom de Juda. Une haine irréconciliable s’élève entre ces deux peuples rivaux ; ils dressent autel contre autel, trône contre trône : Samarie et Jérusalem ont chacune leur sanctuaire. La sûreté du Sépher naît de cette division.

Au milieu des controverses que fait naître ce schisme, chaque peuple rappelle son origine, invoque ses lois méconnues, cite le Sépher oublié. Tout prouve que ni l’un ni l’autre ne possédait plus ce livre, et que ce ne fut que par un bienfait du ciel qu’il fut trouvé, longtemps après, au fond d’un vieux coffre, couvert de poussière, mais heureusement conservé sous un amas de pièces de monnaie que l’avarice avait vraisemblablement entassées en secret, et cachées à tous les yeux. Cet évènement décida du sort de Jérusalem. Samarie privée de son palladium, frappée un siècle auparavant par la puissance des Assyriens, était tombée ; et ses dix tribus, captives, dispersées parmi les nations de l’Asie, n’ayant aucun lien religieux, ou, pour parler plus clairement, n’entrant plus dans les vues conservatrices de la Providence, s’y étaient fondues : tandis que Jérusalem, ayant recouvré son code sacré, au moment de son plus grand péril, s’y attacha avec une force due rien ne put briser. Vainement les peuples de Juda furent conduits cil esclavage ; vainement leur cité royale fut détruite comme l’avait été Samarie, le Sépher, qui les suivit à Babylone, fut leur sauvegarde. Ils purent bien perdre, pendant les soixante-dix ans que dura leur captivité, jusqu’à leur langue maternelle, mais non pas être détachés de l’autour pour leurs lois. Il ne fallait pour les leur rendre qu’un homme de génie. Cet homme se trouva, car le génie ne manque jamais là ou la Providence l’appelle.


Forums sur : Livre de Fabre d'Olivet : sortie d'Égypte


le tarot du sepher de moise


telechargement, telechargement gratuit,cabbale,livre,3ème oeil,jeu dans Le 3eme Oeil et l Infini

Ce site, cabbale.org, met à votre disposition le livre "le 3ème Oeil et l'Infini" en vous offrant des extraits en consultation en ligne, mais aussi, vous permet de télécharger gratuitement l'intégralité du "3ème Oeil et l'Infini" au format pdf.

Consultez le livre : le 3ème Oeil et l'Infini : extraits

Téléchargement : le 3ème Oeil et l'Infini - téléchargement gratuit